Airbus-Bombardier : un partenariat pour marginaliser Boeing

Notre estimation de juste valeur d’Airbus est inchangée. Celle de Bombardier devrait être légèrement revue à la hausse.

Facebook Twitter LinkedIn

Bombardier a annoncé qu’Airbus a pris une part majoritaire au capital du programme Bombardier Série C, sans contrepartie numéraire.

Cette annonce met un peu plus la pression sur Boeing, en particulier sur le segment des monocouloirs, et étendre sa présence sur les marchés chinois et américain.

Bombardier trouve un partenaire solide dans les domaines commercial, du marketing et du support client, pour un programme qui rencontrait des difficultés, y compris le risque de tarifs douaniers imposés par les Etats-Unis.

Nous pensons revoir nos prévisions pour la Série C et devrions revoir en hausse de 5% notre estimation de juste valeur de Bombardier.

Nous maintenons notre évaluation du rempart concurrentiel à moyen (« Narrow Moat ») et l’estimation de juste valeur de 81 euros pour Airbus. Nous pensons qu’Airbus, qui ne délie pas bourse dans cette transaction, obtient des termes avantageux.

Ce partenariat met une pression supplémentaire sur le programme Boeing 737 MAX. Boeing et Airbus manquent d’une offre concurrentielle dans l’entrée de gamme sur le marché des monocouloirs. Au regard des défis auxquels Boeing est confronté dans le haut de gamme du marché, les ventes de l’A321neo surpassant celle du 737 MAX 9/10, nous pensons que ce partenariat va encore plus marginaliser Boeing, en faisant pression des deux côtés.

Boeing devrait certainement faire appel aux autorités de la concurrence pour se plaindre de cet accord et pourrait chercher à renverser la situation en se rapprochant d’Embraer, qui est présent dans l’entrée de gamme du marché avec son modèle E2.

Airbus, qui poursuit son expansion internationale, voit en Bombardier un nouveau moteur de croissance sur le marché nord-américain, ainsi qu’à travers son programme dans les fuselages en Chine avec Shenyang Aircraft.

Le groupe européen pourrait étendre la production de la Série C à son usine de montage de Mobile, en Alabama et nous pensons qu’il approfondira ses relations avec les fournisseurs d’équipement américains et canadiens. Cette piste permettrait en outre aux deux entreprises de contourner le risque de barrière douanière brandi par les Etats-Unis.

Evolution du cours de Bourse et juste valeur d'Airbus (16 octobre 2017)

 AIR FRA 20171016

© Morningstar, 2017 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres ou instruments financiers cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Morningstar Analysts   -