Un fonds « durable » pour investir dans les marchés émergents

Nos analystes attribuent une note positive au fonds Robeco Emerging Stars Equities, l'un des produits actions exposés au pays en voie de développement qui sont sensibles aux critères ESG. Toutefois, la notation de durabilité est inférieure à la moyenne.

Valerio Baselli 26.09.2017
Facebook Twitter LinkedIn

La catégorie Actions Marché Emergents compte 219 disponibles à la vente en France, dont 18 se déclarant « socialement responsables ». Robeco Emerging Stars Equities fait partie des trois produits de ce groupe qui sont aussi suivis par la recherche qualitative de Morningstar.

Cependant, l'inclusion explicite de critères ESG dans la politique d'investissement ne se traduit pas toujours par un portefeuille durable, au moins en regardant la note de durabilité de Morningstar (Sustainability Rating), de deux globes, ce qui correspond à une notation inférieure à la moyenne.

Dans le tableau ci-dessous, on remarque en effet un classement de durabilité (Sustainability Percent Rank) plutôt décevant pour un produit qui se déclare socialement responsable.

Fonds ESG 09 17 2

Si nous analysons les données un peu plus en profondeur, nous constatons que le fonds obtient effectivement un bon résultat en termes relatif pour la partie environnementale (31ème percentile) et sociale (41ème percentile), beaucoup moins pour la partie gouvernance (69ème percentile) et surtout pour la partie relative au controverses (89ème percentile).

Une controverse est définie comme « tout incident qui a un impact sur l'environnement ou sur la société civile et qui présente un risque pour l'entreprise concernée ». Ce qui a pesé sur ce résultat en particulier, c'est sans doute le scandale de corruption qui a affecté cet été Samsung, le titre le plus important du portefeuille avec plus de 5%, et qui a mené à l'arrestation de Lee Jae-Yong, l'héritier du premier fabricant de smartphones au monde et a conduit à la destitution de la présidente sud-coréenne Park Guen Hye.

Une affaire qui rappelle un autre scandale similaire, qui a éclaté en 2016 au Brésil, impliquant les dirigeants de Petrobras, autre société qui occupe une place importante dans le portefeuille du fonds de Robeco, avec 2,4% des actifs.

La note des analystes Morningstar

Jaap van der Hart est responsable de la stratégie depuis novembre 2006, mais il a travaillé dans l'équipe dédiée aux marchés émergents depuis 2000. L'équipe compte désormais 13 membres, neuf d'entre eux possédant plus de 10 ans d'expérience.

La stratégie est bien structurée. Dans un premier temps, une évaluation « top-down » conduit à une allocation par pays, selon laquelle 80% des actifs sont investis dans les cinq pays que l'équipe estime les plus attrayants en fonction de facteurs fondamentaux allant de l’environnement macro aux évaluations. Dans le cadre de la sélection de titres, le gestionnaire recherche celles qu'il considère comme des entreprises sous-évaluées avec un avantage concurrentiel.

Le portefeuille est construit sans aucune référence à l'indice et comprend 35 à 50 titres. Il affiche une approche clairement « value » comme montré par la boîte de style Morningstar.

Une telle approche de haute conviction n'est pas sans risque. En effet, la performance du fonds peut s'écarter considérablement de ses concurrents, comme ça a été le cas en 2008 ou 2009. Mais le gérant a fait un travail remarquable dans diverses conditions du marché, ce qui a donné de résultats solides au fil du temps.

La note des analystes Morningstar est Silver.

Cliquez ici pour lire le rapport de recherche rédigé par Mathieu Caquineau le 7 octobre 2016.

Cliquez ici pour visiter le site dédié à la Note de durabilité Morningstar.

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Valerio Baselli

Valerio Baselli  est éditorialiste chez Morningstar Italie.