Un conseiller financier sur deux n'est pas prêt pour MiFID II

D’après une étude réalisée par Patrimonia, les CGP français estiment que la règlementation constitue actuellement leur défi principal.

Valerio Baselli 19.09.2017
Facebook Twitter LinkedIn

La réglementation du secteur financier, de plus en plus complexe, crée de l’incertitude pour les conseillers en gestion de patrimoine. Ceux-ci sont confrontés à un changement profond de leur modèle économique, résultat de nouvelles exigences d’ordre réglementaire, fiscal ou technologique.

Selon une étude réalisée dans le cadre du salon Patrimonia, qui se tiendra les 28 et 29 septembre au Centre de Congrès de Lyon, 34% des conseillers sondés se disent particulièrement préoccupés et considèrent qu’il s’agit de leur défi principal.

La moitié des CGP (51%) considèrent ne pas être prêts face à la mise en œuvre de la directive MiFID 2. Et les résultats empirent si l’on considère d’autres directives : 67% d’entre eux estiment ne pas être prêts à mettre en œuvre le règlement européen PRIIPS (Packaged Retail and Insurance-based Invesment Products), et 58% affirment ne pas être sereins quant à l’application de la DDA (Directive de Distribution des Assurances).

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement
Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Valerio Baselli

Valerio Baselli  est éditorialiste chez Morningstar Italie.