Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Stratégies pour surfer la dette émergente

Les positions courtes et les choix géographiques ont joué un rôle décisif dans la performance des fonds en 2015 et 2016. Voici comment se sont comportés les gérants avec les meilleures notes Morningstar.

Valerio Baselli 23.12.2016
Facebook Twitter LinkedIn

Après une année 2015 difficile marquée par la chute des devises émergentes, les fonds de dette émergente ont rebondi en 2016, grâce au retour de l'appétit pour le risque chez les investisseurs et l'amélioration de la situation dans certains pays, comme l'Argentine et le Brésil.

La catégorie figure parmi les meilleures en termes de performance depuis le début de l’année, bien qu'il y ait eu une augmentation de la volatilité après l'élection de Donald Trump aux États-Unis.

La performance des catégories obligations marchés émergents depuis le début de l’année

EMBOND Category
Source : Morningstar Direct.
Ligne Bleue : Emerging Corporate Bond (+ 11,8%).
Ligne Verte : Global Emerging Bond en monnaie forte (+ 10,7%). Ligne Orange : Global Emerging Bond en monnaie locale (+ 8,5%). Données en euros au 18 novembre 2016.

Les fonds couverts par la recherche Morningstar, avec une note positive (Gold, Silver ou Bronze) affichent des résultats mitigés en 2015 et 2016, bien que supérieurs à la moyenne.

Positions courtes et devises

« En 2015, la plupart de fonds libellés en devise forte avec une note positive de la part des analystes ont réussi à battre leurs concurrents », rappelle l’équipe de recherche sur la gestion taux et crédit de Morningstar dans sa dernière revue annuelle de la catégorie.

« Le facteur clé de la performance a été l'exposition aux monnaies locales ». Par exemple, au cours de la seconde moitié de 2015, le fonds Pictet-Global Emerging Debt, noté Bronze, a bénéficié de positions courtes sur les devises des pays en développement. Le Templeton Emerging Markets Bond Fund (Bronze) a quant à lui bénéficié de la forte exposition à l'Ukraine, qui a trouvé un accord favorable envers ses créanciers. Toutefois, ces fonds ont malgré tout pâti de la forte volatilité des devises émergentes.

Si les fonds en devise dure ont pu tirer leur épingle du jeu, les fonds en devise locale ont été les plus affectés. Certains ont néanmoins su naviguer cet environnement défavorable. Par exemple, le fonds Pictet-Emerging Local Currency Debt (Bronze) a mis en place la meilleure stratégie pour enrayer les pertes, grâce à des positions courtes dans le panier de monnaies dans la seconde partie de l'année.

Pour la plupart des concurrents, le facteur déterminant a été le Brésil, lequel a joué négativement l'an dernier et positivement en 2016. « La surpondération du Brésil a pesé lourdement sur le fonds Investec Emerging Markets Local Currency Debt (Bronze) en 2015, alors que cette année a bénéficié le Julius Baer Multibond - Local Emerging Bond Fund (Bronze) », expliquent les analystes de Morningstar.

L'offre française

Les fonds disponibles dans l’Hexagone avec une note positive sont au nombre de 7, avec 1 médaille d'argent et 6 en bronze (voir tableau). Quatre fonds sont en devises fortes, trois en monnaie locale. 

SW Fonds EM

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Valerio Baselli

Valerio Baselli  est éditorialiste chez Morningstar Italie.