Le référendum italien n’est pas le Brexit (Vidéo)

Le résultat est susceptible d'augmenter la volatilité sur le marché à court terme, mais cela ne change pas l'opinion de Morningstar sur les banques transalpines. Mediobanca reste une des meilleures opportunités.

Valerio Baselli 07.12.2016
Facebook Twitter LinkedIn

 

Valerio Baselli : Le résultat du référendum constitutionnel italien du 4 décembre dernier ne pouvait pas être plus net. Le « non » a gagné avec près de 60% des votes exprimés, ce qui a amené le Premier ministre Matteo Renzi à démissionner.

Nous ne pensons pas que ce résultat peut être assimilé au Brexit ou encore moins à la victoire de Donald Trump lors des élections américaines, puisque tant les politiciens italiens que les marchés étaient préparés à une victoire du « Non ».

L'instabilité politique n’est pas une situation idéale, mais l'Italie y est malheureusement habituée, avec 63 gouvernements différents en 70 ans. Un 64ème verra le jour prochainement, probablement après le vote de la loi budgétaire et un accord sur la loi électorale.

Dans ce contexte, l’arrivée au gouvernement d'un parti eurosceptique est une hypothèse plausible.

En revanche, la possible sortie de l'Italie de la zone euro est très peu probable selon nous, car il aurait des conséquences désastreuses pour l'Union européenne et aussi pour le système bancaire italien, qui détient une grande partie de la dette italienne.

L'issue du vote étant désormais connue, il serait souhaitable que les réformes bancaires, mises un temps à l’arrêt, reprennent, qu’il s’agisse de la poursuite des plans de recapitalisation ou des réformes du système de crédit. Sont concernées au premier chef Monte dei Paschi di Siena et Unicredit.

Le résultat du référendum est susceptible d'augmenter la volatilité sur le marché boursier italien à court terme, mais cela ne change pas l'opinion de Morningstar sur les banques transalpines.

Notre recherche actions continue de considérer Mediobanca comme l’une des meilleures opportunités. Le titre se traite actuellement avec une décote de près de 30% par rapport à notre estimation de juste valeur. Selon nos analystes, Mediobanca peut compter sur une qualité élevée du crédit. Elle a en outre rationalisé son bilan en réduisant sa dépendance aux financements les plus onéreux.

MOTS-CLEFS
Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Banca Monte dei Paschi di Siena4,33 EUR-3,45
Mediobanca SpA13,53 EUR-2,24
UniCredit SpA32,54 EUR-5,55Rating

A propos de l'auteur

Valerio Baselli

Valerio Baselli  est éditorialiste sénior chez Morningstar.