Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

L’engouement pour les émergents ne se dément pas

En septembre, les fonds dédiés aux actions des pays en voie de développement ont gagné 0,41% en moyenne. Mais les risques sont toujours présents.

Valerio Baselli 06.10.2016
Facebook Twitter LinkedIn

Alors que l'Europe doit faire face à la forte incertitude déclenchée par le Brexit et la fragilité de son secteur bancaire, les pays émergents bénéficient d'une période de hausse après des années plutôt décevantes. Au cours des trois derniers mois, l’indice Morningstar Emerging Markets NR a bondi de 8,3% (performance calculée en euros), porté par l’amélioration des prévisions économiques des pays émergents et par les politiques monétaires accommodantes à l’échelle globale.

L’évolution de l’indice Morningstar EM depuis le début de l’année

EMGrafico

Source : Morningstar Direct

Les données sur la collecte aussi confirment que les fonds et les ETF actions marchés émergents ont tourné la page en 2016. Au cours des huit premiers mois de l'année, selon les estimations de Morningstar, les flux nets ont été de plus de 15 milliards d'euros en Europe, contre 12,3 milliards de rachats au cours de 2015.

Une tendance curieuse, si l’on considère que le contexte économique et politique du Brésil, par exemple, n'a pas beaucoup changé depuis que la récession et les scandales liés à la corruption du gouvernement qui ont miné le pays en 2015. « Néanmoins, le procès de résolution de la crise qui a commencé, avec le président Dilma Rousseff destitué et finalement remplacé, semble avoir calmé les investisseurs internationaux », affirme Gregg Wolper, analyste des stratégies actions chez Morningstar. « La hausse des prix des matières premières a également aidé, et pas seulement le Brésil, mais la Russie aussi ».

Les risques

Cela dit, la volatilité quittera difficilement le pays, qui a été sous les projecteurs cet été aussi en raison des Jeux Olympiques, une autre source d’inquiétude pour certains investisseurs. « Recevoir les Jeux Olympiques a forcément un coût. Pour le Brésil, cela se matérialisera par un accroissement de la dette publique, une hausse des défaillances d’entreprises à l’échelle locale, et la création de pressions inflationnistes supplémentaires et durables », explique Daniela Ordóñez, économiste en charge de l’Amérique Latine chez Euler Hermes. « Le pays est endigué dans un sévère marasme économique, et la dynamique olympique ne sera pas suffisante pour inverser la tendance. »

Bien sûr, la volatilité est quelque chose qui concerne l’ensemble des marchés émergents. Au cours des dix dernières années, l’ampleur des fluctuations du panier MSCI Emerging Markets, (utilisé comme référence par la plupart des fonds de la catégorie) a été de 35% supérieure à celle marqué de l'indice S&P 500 et de 20% supérieure à celle de l'indice MSCI dédié aux marchés développés.

En outre, même si les prévisions de forte croissance économique sont souvent citées comme justification pour investir dans les marchés émergents, cette croissance ne se traduit pas forcement en performance boursière, pour plusieurs raisons. « Tout d'abord, la plupart des grandes entreprises cotées sur les marchés émergents génèrent une part importante de leur chiffre d'affaires et des revenus à l'étranger et cela signifie que leurs profits peuvent croître à un rythme différent de celui de l'économie nationale », explique Matthew Diamond, analyste dédié à la gestion passive chez Morningstar. « Deuxièmement, la gouvernance d'entreprise reste pauvre dans certains marchés émergents, ce qui peut conduire à une dilution des bénéfices des entreprises. »

Les performances des fonds

Dans ce contexte, d’après les données de Morningstar, les fonds de la catégorie Actions Marchés Emergents disponibles à la vente en France ont gagné 0,41% en moyenne au cours du mois passé. Sur 219 fonds dans cette catégorie, 102 ont fait mieux et 3 ont obtenu une performance supérieure à 2%.

En tête du classement nous trouvons le fonds Morgan Stanley Investment Funds Emerging Leaders Equity Fund A,créé en 2012 et qui investit presque 20% de son propre portefeuille dans des marché développés. Vient ensuite le BNY Mellon Global Emerging Markets Fund Euro B Inc, gèré par Robert Marshall-Lee et très exposé à la région asiatique. Pour clore le podium, on trouve enfin le fonds Robeco Emerging Opportunities Equities D EUR Acc, dont la stratégie suit un focus sur les critères ESG.  

10 Fonds EM 09 16

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Valerio Baselli

Valerio Baselli  est éditorialiste chez Morningstar Italie.