5 idées d’investissement dans la santé

Le secteur européen de la santé est pourvu de belles valeurs. Voici les mieux notées par nos analystes.  

Jocelyn Jovène 26.09.2016
Facebook Twitter LinkedIn

Les investisseurs boudent le secteur de la santé depuis le début de l’année. Même si ce dernier ne connaît pas de « derating » massif à ce stade, la baisse des multiples de valorisation au regard de fondamentaux relativement solides offre des opportunités d’investissement.

Nous avons donc extrait quelques idées d’investissement de notre base de données à partir des évaluations de nos analystes.

La liste complète figure dans le tableau suivant avec les décotes de valorisation et l’évaluation de l’avantage concurrentiel (« Moat »).

Healthcare ideas Sept 2016

 

Quelques éléments d’appréciation pour chaque titre :

Bayer (décote sur notre estimation de juste valeur : 27%)

Bayer est en pleine transformation avec son projet d’acquisition de Monsanto. L’opération mettra un certain temps au regard du nombre d’opérations de concentration dans le secteur des semences et de l’agrochimie (fusion Dow Chemical-DuPont, ChemChina-Syngenta). Nous pensons que le régulateur de la concurrence devrait donner son feu vert à l’opération : il y a peu de redondances dans le portefeuille de produits, la concurrence restera intensive et favorisera l’innovation. A ce stade, nous estimons à 75% la chance que la fusion soit approuvée. Nous avons revu notre estimation de juste valeur de Monsanto à 126 dollars par action, en-deçà des 128 dollars offerts par Bayer pour tenir compte d’un risque de non-fusion.

 

Sanofi (décote sur notre estimation de juste valeur : 29%)

Le débat sur les prix des médicaments a pesé sur le secteur et en particulier sur Sanofi. Néanmoins, pour Damien Conover de Morningstar, le groupe dispose d’un portefeuille de médicaments et de vaccins qui devrait lui assurer une croissance favorable dans les années à venir. Nous tablons sur une progression des ventes de 5% par an, aidée par le développement des médicaments sans ordonnance, les vaccins et les lancements de nouveaux traitements. Le groupe devrait avoir à gérer peu de pertes de brevets, même si la volatilité récente du titre semble liée à l’incertitude sur les revenus de son médicament vedette Lantus, son traitement contre le diabète.

 

Novo Nordisk (décote sur notre estimation de juste valeur : 13%)

Novo Nordisk est l’un des leaders du traitement contre le diabète avec une part de marché de 28% dans un marché estimé à 45 milliards de dollars. Un nombre croissant de patients souffre de diabète et cette tendance est appelée à perdurer dans le temps. Les tendances démographiques ont entraîné un changement dans la délivrance des traitements contre le diabète, et Novo Nordisk a été en mesure de capter ces tendances en proposant des traitements plus efficaces, sûrs, tolérables, ce qui lui a permis d’augmenter significativement ses tarifs. Le débat sur les prix des médicaments aux Etats-Unis a créé de la volatilité dans le secteur mais il semble que cela n’impactera pas de façon drastique la rentabilité du groupe pharmaceutique, selon Damien Conover.

 

Novartis (décote sur notre estimation de juste valeur : 8%)

Novartis bénéficie d’un portefeuille d’activités diversifié, qui va des médicaments traditionnels, aux génériques (Sandoz), aux produits opthalmiques et aux médicaments sans ordonnance (grand public). Au sein de son activité pharmaceutique, Novartis détient plusieurs blockbusters – Gilenya dans la sclérose multiple, Afinitor et Tasigna pour le cancer – et a lancé des produits à fort potentiel (Entresto contre les crises cardiaques et dans l’immunologie avec Cosentyx). Ces lancements devraient contrebalancer la perte des brevets Diovan et Gleevec.

 

Roche (décote sur notre estimation de juste valeur : 26%)

Le portefeuille de traitements et sa position de leader dans le diagnostic devraient contribuer à maintenir un avantage concurrentiel étendu (« Wide Moat »). Le groupe bénéficie des positions de leader des traitements acquis lors du rachat de Genentech – Avastin, Rituxan, Herceptin. Son focus sur les médicaments biologiques et un pipeline de produits innovants devrait assurer le maintien de son avantage concurrentiel à l’avenir. Le lancement de Perjeta en 2012 et de Kadcyla en 2013 devrait lui permettre de maintenir son avance dans le traitement du cancer du sein et de trouver des relais au-delà de sa franchise Herceptin.

 

Grifols (décote sur notre estimation de juste valeur : 16%)

Au fil des ans, Grifols a su se hisser au sommet du marché des plasmas, où il fait concurrence à Baxter (devenu Baxalta) et CSL. Le rachat pour 3,7 milliards de dollars de Talecris en 2011 a largement contribué à cette percée du groupe espagnol. Talecris lui a apporté les marges confortables de ses produits IVIG. Le rachat pour 1,7 milliard de dollars de la branche diagnostic de Novartis en 2014 est venu compléter son offre.

 

© Morningstar, 2016 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Bayer AG26,23 EUR-0,04Rating
Grifols SA8,83 EUR0,00
Novartis AG Registered Shares85,10 CHF0,69Rating
Roche Holding AG220,90 CHF0,41Rating
Sanofi SA86,71 EUR1,74Rating

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est analyste financier senior et rédacteur en chef de Morningstar France.