Crédit : la BCE peu regardante sur la qualité de ce qu’elle achète

Le programme d’achat d’obligations privées touche une large palette de ratings et s’aventure hors des frontières de la zone euro.

Jocelyn Jovène 20.07.2016
Facebook Twitter LinkedIn

Depuis le 8 juin, date de début de son programme d’achat d’obligations privées, la BCE a acheté 440 obligations différentes, avec une prépondérance d’émetteurs allemands, italiens et français.

Au total, l’institution de Francfort débourse entre 8 et 9 milliards d’euros chaque mois, constituant un important soutien du marché obligataire.

Sur la base des statistiques publiées par la BCE en date du 19 juillet, les titres les plus achetés par l’institution sont ceux de la Deutsche Bahn, suivie de Telefonica, BMW, Daimler, ENI, Orange, Air Liquide, Engie, Iberdrola, Total et Enel.

Etonnamment, la banque centrale ne s’est pas limitée aux qualités de crédit les plus sûres. Elle s’est également aventurée sur des terrains plus risqués, achetant des obligations « Investment grade » les moins bien notées (RWE, Metro, Renault), des sociétés ayant connu des parcours boursiers volatils (Volkswagen, Glencore, EDF) ainsi que des noms d’entreprises considérés comme faisant partie de la catégorie « high yield » (Telecom Italia, Lufthansa).

Elle s’est également aventurée hors d’Europe, achetant des émetteurs américains (Bunge, Caterpillar), britanniques (Glencore, Kerry Group, Ryanair), et suisses (Adecco, Nestlé, Holcim).

Enfin, elle a été jusqu’à acheter des obligations ayant un rendement négatif, c’est notamment le cas avec les titres émis par Deutsche Bahn.

Pour les gérants obligataires, cette situation peut être une source d’opportunité, car à ce stade, les décisions d’achats de la BCE font apparaître des biais que certains courtiers jugent possible d’exploiter.

Ainsi, l’institution n’a pas acheté autant de titres émis par des entreprises françaises que ce qu’attendaient certains intervenants du marché. De même, elle s’est assez peu exposée aux entreprises industrielles et de services les plus cycliques. Jusqu’ici le programme a plutôt fait la part belle aux services collectifs (28% des titres achetés).
 

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Adecco Group AG30,60 CHF-1,35
Air Liquide SA163,04 EUR-0,88Rating
Bayerische Motoren Werke AG89,48 EUR-2,01Rating
Bunge Ltd111,92 USD-0,27
Caterpillar Inc347,63 USD-2,36Rating
Ceconomy AG2,70 EUR-2,25
Deutsche Lufthansa AG5,77 EUR-1,87
Enel SpA6,75 EUR-0,40Rating
Engie SA14,21 EUR1,32Rating
Eni SpA14,09 EUR-1,50
Glencore PLC441,95 GBX-1,98Rating
Iberdrola SA11,85 EUR0,00Rating
Kerry Group PLC Class A78,30 EUR-2,37Rating
Mercedes-Benz Group AG63,53 EUR-1,35Rating
Nestle SA93,78 CHF-0,49Rating
Orange SA10,20 EUR0,94Rating
Renault SA48,33 EUR-1,39Rating
RWE AG Class A32,79 EUR0,06Rating
Telecom Italia SpA0,24 EUR0,21Rating
Telefonica SA4,01 EUR0,00Rating
TotalEnergies SE62,73 EUR-1,21Rating
Volkswagen AG110,90 EUR-2,72Rating

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est analyste financier senior et rédacteur en chef de Morningstar France.