Energie : l’excès d’offre persiste, mais les prix offrent un peu de répit

Le retour à l’équilibre du marché ne sera pas atteint avant plusieurs trimestres.

Stephen Simko, CFA 08.07.2016
Facebook Twitter LinkedIn

La question qui préoccupe le plus les investisseurs aujourd’hui est : combien de temps faudra-t-il à l’industrie pétrolière pour résorber l’excès d’offre et revenir à l’équilibre ? La réponse : pas avant un bon moment.

Les déséquilibres actuels sont tels que la production de pétrole a pris deux ans d’avance sur la demande.

Grâce aux gains de productivité, aux réductions de coûts et à la baisse des taux d’intérêt, le potentiel de gain de compétitivité des producteurs d’huiles de schiste aux Etats-Unis est plus important que ce que pense le marché.

Plutôt qu’un retour à des prix du pétrole durablement élevés, l’industrie doit plutôt trouver un niveau de prix qui maintienne la pression sur l’activité des producteurs d’huile de schiste, et que nous estimons autour de 60 dollars le baril.

Le déclin de la production de pétrole aux Etats-Unis devrait réduire la surcapacité mondiale, mais à notre avis, cela n’est pas suffisant pour revenir à un équilibre durable.

Pour retrouver un semblant de normalité courant 2017, il faut que l’un des événements suivants se produise :

  • L’Arabie Saoudite change d’attitude et abandonne sa politique de gain de parts de marché à tout prix, réduisant sa production.
  • La demande mondiale surprend à la hausse alors que les estimations sont aujourd’hui de 95 millions de barils/jour en 2016 et 95,9 millions en 2017.
  • Un événement géopolitique se produit (changement politique au Venezuela ou dans un autre pays producteur d’importance).

Sans l’un de ces événements, des prix plus bas plus longtemps semblent le scénario le plus approprié.

Cette situation signifie que la pression sur les prix et les coûts de production sera encore importante dans les années à venir. Cela veut dire une compression de la courbe de coûts pour les sables bitumineux et l’offshore, pour que ces derniers soient concurrentiels face aux huiles de schiste.

Nous nous attendons à ce que les dépenses d’investissement des compagnies pétrolières américaines chutent de manière significative en 2016, pour la deuxième année consécutive. Cette baisse des investissements se traduira par une diminution de l’offre.

La baisse de l’activité de forage devrait également peser sur la production de gaz naturel aux Etats-Unis à court terme, mais les zones à bas coûts comme les champs Marcellus ou Utica devraient assurer une progression de l’offre au cours de la décennie à avenir et au-delà.

Avec une valorisation de 1,254x la juste valeur estimée, nous considérons que le secteur est cher, mais certains titres méritent sans doute une plus grande attention de la part des investisseurs.

Dans ce contexte, voici 3 principales idées d’investissement :

Chevron

Chevron est notre valuer préférée dans le secteur des pétrolières intégrées, grâce à un profil de croissance de sa production attrayant et au fort levier de la remontée des prix, qui devraient alimenter un rebond du bénéfice par action. La finalisation de nouveaux projets et la réduction des dépenses d’investissement signifient que le point mort en termes de flux de trésorerie devrait baisser, ce qui renforcera la capacité à distribuer un dividende et alimenter la croisance future. La valorisation du titre nous semble particulirement attrayante au regard de ces éléments.

HollyFrontier

HollyFrontier opère des actifs de raffinage de grande qualité, positionnés favorablement et offrant une rentabilité du capital élevée. Toutefois, les conditions du marché, en particulier des marges sous pression sur les carburants, ont pesé sur les profits et conduit à une baisse du titre. Le cours actuel intègre des prévisions défavorables sur le long terme. Pourtant, la société affiche un bilan solide et une forte génération de cash-flows qui sera bénéfique à la distribution de dividende voire aussi à un programme de rachat d’actions.

Magellan Midstream Partners

Détenteur d’un portefeuille d’actifs de qualité, Magellan Midstream est un des acteurs que nous préférons dans l’univers du transport et de la distribution de produits pétroliers. La société bénéficie d’une gestion prudente par une équipe dirigeante de premier plan. Magellan est avant tout une activité rémunérée par des commissions, avec des activités de transport et de stockage peu risquées qui contribuent à 85% des profits. Le modèle est également relativement à l’abri de la volatilité du prix du pétrole. Magellan dispose d’un bilan solide et d’un niveau de couverture de ses charges d’intérêt élevé. Cela devrait donner une capacité de distribution de dividendes qui pourrait croître de 10% cette année.

 

© Morningstar, 2016 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Chevron Corp172,64 USD0,54Rating
HollyFrontier Corp47,44 USD1,17Rating
Magellan Midstream Partners LP48,83 USD0,76Rating

A propos de l'auteur

Stephen Simko, CFA  Stephen Simko, CFA, is a senior stock analyst on the Technology Team.