Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Le dividende est-il encore la priorité des investisseurs ?

Une certaine nervosité s’exprime de la part des investisseurs qui préfèreraient voir les entreprises investir dans leur outil de production plutôt que dans des rachats d’actions.

Jocelyn Jovène 19.05.2016
Facebook Twitter LinkedIn

Depuis plusieurs années, les perspectives de croissance bénéficiaire des entreprises européennes ont plutôt eu tendance à être revues à la baisse : les questions sur la vigueur de la croissance américaine, les craintes d’un ralentissement voire d’une récession en Chine, la volatilité des devises et des matières premières et de profondes interrogations sur l’efficacité des politiques très accommodantes des banques centrales ont rendu les investisseurs nerveux.

Dans ce contexte, on pourrait s’attendre à ce que la perspective d’un dividende régulier, voire en croissance, constitue un réconfort pour les investisseurs. Ce qui était peut-être vrai il y a un an ou deux ne le serait plus trop aujourd’hui.

« Les actions européennes ont été prises en sandwich entre la faiblesse des bénéfices par action et des dividendes plutôt robustes au cours des 12-18 mois. Le taux de distribution a continué de croître car les dirigeants d’entreprises ont mis l’accent sur le versement de dividendes. Cela rend certains investisseurs nerveux », observent les stratégistes de Citi dans une note datée du 13 mai.

La dernière enquête de Bank of America Merrill Lynch semble confirmer ce point : une proportion croissante d’investisseurs estime que le niveau de redistribution de dividendes aux actionnaires est aujourd’hui trop élevé.

La priorité des managements d’entreprises devrait être l’investissement dans leur outil industriel plutôt que l’ingénierie financière et l’utilisation de la dette pour racheter leurs propres actions – une politique d’autant plus risquée qu’un rachat d’actions lorsque les valorisations sont élevées a beaucoup de chances de détruire de la valeur.

La question qu’il faut alors se poser est : les dirigeants d’entreprises sont-ils à court d’imagination ? Certes l’environnement économique est incertain et les risques macro-économiques évoqués précédemment peuvent les conduire à une certaine prudence.

Mais la situation montre également que se focaliser uniquement sur les réductions de coûts ou les opérations de fusions-acquisitions (pour générer de nouvelles sources de réduction des coûts le plus souvent) touchent leur limite. Et verser des dividendes de façon excessive également.

 

 

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.