Les coûts réels des ETF à « bêta stratégique »

Morningstar a comparé la nouvelle génération d’ETF avec les trackers traditionnels. Les premiers sont en moyenne plus chers, surtout dans les catégories où les émetteurs ont baissé leurs frais au cours des dernières années.

Sara Silano 01.03.2016
Facebook Twitter LinkedIn

ETF ne rime pas toujours avec faibles commissions. Selon une étude intitulée Assessing the true cost of Strategic beta ETFs, menée par l'équipe de recherche de Morningstar sur les produits passifs, la nouvelle génération des fonds passif cotés est en moyenne plus chère de ses « cousins » qui reproduisent des benchmarks de manière plus « traditionnelle ».

L'étude analyse les commissions, les coûts de réplication et de négociation pour 100 ETF dits « béta stratégique » (qui représentent 52% de l'univers couvert par Morningstar) et 77 ETF traditionnels domiciliés en Europe et liées aux indices les plus populaires. Les premiers, connus sous le nom de « smart beta », sont un type d'instruments passifs qui cherchent à optimiser la performance ou à réduire la volatilité (risque) d’un indice quand les ETFs traditionnels répliquent les indices à partir du seul critère de capitalisation boursière. Au cours des dernières années, ces ETFs « avancés » ont connu une croissance explosive, en particulier en Europe, où ils ont pratiquement doublé les actifs sous gestion au cours des deux dernières années, passant de 15 à 29 milliards. Morningstar en recense 950 dans le monde, pour un total de 478 milliards de dollars d’encours sous gestion à fin 2015 (contre 397 milliards à fin 2014).

L'analyse révèle que leurs coûts peuvent être trois fois plus élevés par rapport aux ETF traditionnels, avec de grandes différences dans les segments où ces derniers ont baissé considérablement les charges au cours des dernières années. La catégorie plu chère en termes relatifs est celle des actions américaines de grandes capitalisations (basé sur l’indice S&P 500 et le panier d'indices « intelligents » qui lui sont liés) : les frais moyens des produits de nouvelle génération sont 0,43% contre 0,14% pour les produits standards. En revanche, les frais moyens des fonds à béta stratégique spécialisés dans les marchés émergents sont légèrement plus élevés que ceux des instruments plus basiques (0,60% contre 0,53%).

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement
MOTS-CLEFS
Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Sara Silano

Sara Silano  è caporedattore di Morningstar in Italia

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar