Total intensifie ses économies à cause du baril faible

Le groupe pétrolier a vu son résultat net plonger de 26% au cours du quatrième trimestre 2015.

Jocelyn Jovène 11.02.2016
Facebook Twitter LinkedIn

Total a enregistré une chute de 26% de son résultat net au cours du quatrième trimestre 2015, pénalisé par la chute des cours du baril de pétrole qu'il a tenté de contrebalancer en réduisant ses coûts d'exploitation et en tentant de préserver la rentabilité de son activité de raffinage et de chimie.

L'environnement de baisse des prix des matières premières et d'incertitudes sur la croissance économique mondiale conduit le groupe à revoir à la baisse son budget d'investissement pour 2016 à 19 milliards de dollars cette année, contre 20 à 21 milliards visés précédemment, selon un communiqué de presse. En 2015, le groupe a investi 28 milliards de dollars (-8%).

Le pétrolier va également renforcer son plan d'économies de coûts d'exploitation à 2,4 milliards de dollars en 2016. La société prévoit également de céder 4 milliards de dollars d'actifs, soit un niveau équivalent à celui de 2015.

Au cours d'une conférence téléphonique, le directeur financier de Total a indiqué que le niveau d'équilibre en matière de génération de trésorerie ("cash break even") était pour le groupe avec un pétrole à 45 dollars le baril.

Ce responsable a par ailleurs averti que les agences de notation de crédit allaient vraisemblablement dégrader la note de l'ensemble du secteur, situation déjà en grande partie reflétée par l'écartement des spreads de crédit de nombreuses valeurs, en particulier sur le marché américain du haut rendement.

Le groupe a enregistré un résultat net ajusté en baisse de 18% sur l'exercice écoulé, à 10,5 milliards de dollars, dont une chute de 26% sur le quatrième trimestre à 2,1 milliards.

Le résultat opérationnel ajusté a diminué de 20% à 11,36 milliards de dollars sur l'exercice, dont -18% sur le quatrième trimestre à 2,29 milliards de dollars. 

La division Amont, qui regroupe les activités d'exploration et de producion d'hydrocarbures, voient son profit opérationnel chuter de 55% sur l'année à 4,8 milliards de dollars, et de 53% au cours du quatrième trimestre.

A l'inverse, profitant de la chute des matières premières, le pôle Raffinage-Chimie voit son profit opérationnel doubler sur l'année à 4,9 milliards de dollars (il ne croît toutefois que de 5% sur le quatrième trimestre).

La production d'hydrocarbures s'établit à 2,347 millions de barils/jour sur l'ensemble de l'exercice (+9%).

Les réserves d'hydrocarbures atteint 11,6 milliards de barils équivalent pétrole, stables sur un an.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
TotalEnergies SE66,95 EUR0,74Rating

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est analyste financier senior et rédacteur en chef de Morningstar France.