Fidelity voit un retour en grâce des grandes capitalisations

Leur capacité à protéger en phase de baisse des marchés et une rentabilité qui devrait s'améliorer plaident en faveur de la classe d'actifs.

Jocelyn Jovène 08.12.2015
Facebook Twitter LinkedIn

Avec une rentabilité du capital moins volatile que les petites et moyennes valeurs européennes, une décote de valorisation et une meilleure capacité à protéger les investisseurs en phase de marchés baissiers, les grandes valeurs devraient retrouver les faveurs des investisseurs au cours des prochains trimestres.

Pour Matt Siddle, gérant des fonds FF – European Growth Fund (noté « Neutral ») et FF – European Larger Companies Fund, le mouvement de derating observé depuis quelques années devrait arriver à son terme en raison en particulier de l’écart de performance entre petites et moyennes valeurs et d’un environnement économique qui devrait être plus porteur.

La chute du cours du pétrole, la baisse de l’euro et l’amélioration de la distribution de crédit en Europe devraient soutenir l’activité économique en Europe tout au long de l’année qui vient.

Pour le gérant, les valeurs cycliques défensives, tels que SAP ou RELX (ex-Reed Elsevier), sont des titres de qualité qui présentent une valorisation attrayante.

De même, certaines entreprises de qualité ont été injustement sanctionnées en Bourse du fait de leur exposition aux marchés émergents. « Le phénomène n’est pas nouveau puisque cela fait 5 ans que ce type de valeur sous-performe. Mais nous percevoir des indices de changement structurel dans ces pays ce qui nous conduit à avoir une vue plus neutre sur le risque émergent », a expliqué le gérant.

Le focus du fonds, qui cible des entreprises de qualité peu ou mal valorisées par le marché, privilégie des titres aux parcours récemment volatils, comme Sanofi, Publicis, Schneider Electric ou Volkswagen.

Le gérant est également exposé à des secteurs délaissés par les investisseurs, notamment l’énergie, avec des positions dans Royal Dutch Shell ou Statoil, estimant que le marché du pétrole devrait d’ici 6 à 12 mois parvenir à un rééquilibrage de l’offre et de la demande mondiale, et contribuer ainsi à une stabilisation des prix.

 

 

 

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Equinor ASA291,95 NOK-0,56Rating
Publicis Groupe SA99,14 EUR0,20Rating
RELX PLC3 512,00 GBX1,21Rating
Sanofi SA93,50 EUR0,32Rating
SAP SE183,62 EUR1,17Rating
Schneider Electric SE226,60 EUR1,34Rating
Shell PLC ADR (Representing - Ordinary Shares)72,21 USD-0,06Rating
Volkswagen AG112,50 EUR1,44Rating

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est analyste financier senior et rédacteur en chef de Morningstar France.