La dette émergente plombée par les devises

Les perspectives de la classe d’actifs sont toujours sombres, entre détérioration des bilans des pays et risque de remontée des taux américains.

Jocelyn Jovène 18.11.2015
Facebook Twitter LinkedIn

Depuis le début de l’année, la performance de la dette émergente en devise locale a été pénalisée par l’effondrement des devises émergentes, l’indice GBI-EM de JPMorgan enregistrant une perte de 12,6% entre le début de l'année et mi-novembre.

La classe d’actifs continue donc de souffrir en termes absolus et en termes réels. Comme le notent les stratégistes d’UBS dans une note datée du 17 novembre, « le plus déconcertant pour les investisseurs est que la classe d’actifs a sous-performé dans des environnements de hausse des taux US (2013) mais aussi de taux en baisse ou stable (2014, 2015). »

La dette émergente en devise locale a ainsi sous-performé la dette en devise dure (dollars US et euro) chaque année depuis 2011 (graphique).

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement
Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar