ETF : faire la différence entre NAV et prix de marché

Quand on regarde la performance d’un tracker il savoir faire la distinction entre valeur liquidative et prix du marché. Pour l’essentiel, c’est une question de liquidité.

Valerio Baselli 22.04.2015

L’objectif d’un ETF (Exchange Traded Fund) est de répliquer la performance d’un indice de référence (ou « benchmark ») en adoptant une stratégie passive, contrairement aux fonds communs de placement qui visent théoriquement à créer de la valeur à travers une gestion active. Dans une situation idéale, donc, les ETF doivent reproduire la performance du benchmark, déduction faite des frais de gestion. Cependant, n’est pas toujours le cas.

Des différences peuvent apparaître (entre performance de l’ETF et de son benchmark) du fait de divers frais de gestion ou de  la politique du fournisseur de l’ETF relative à la distribution de dividendes. Néanmoins, dans la plus part de cas, il s’agit de différences temporaires, liées à la liquidité du marché sous-jacent.

Liquidité veut dire efficacité

La liquidité d’un ETF est la capacité du fonds à répondre aux ordres d’achat et de vente de l’investisseur sans que cela ait un impact significatif sur son prix. La liquidité reflète un certain nombre de facteurs, principalement la liquidité du marché sous-jacent, mais également les caractéristiques structurelles de l’ETF.

« Le prix d’un ETF sur le marché secondaire est fixé par les acteurs du marché en fonction de l’évolution du cours du sous-jacent. Les ETF sont cotés en continu sur les bourses européennes. L’ordre d’achat le plus élevé pour un fonds et l’ordre de vente le plus bas déterminent la fourchette d’achat-vente », explique dans un rapport Grégoire Blanc, responsable des marchés chez Lyxor.

« La profondeur du carnet d’ordres d’un ETF montre la capacité du marché à absorber l'ensemble des transactions. En Europe, une partie significative des échanges d’ETF se fait sur le marché de gré à gré (OTC), et non en Bourse. Les ordres sur le marché de gré à gré contribuent également à la liquidité d’un ETF. »

La liquidité d’un ETF se trouve au sein des marchés primaire et secondaire. « Sur le marché primaire, des intermédiaires spécialisés (les Authorised Participants, ou AP) traitent directement avec l’émetteur de l’ETF pour créer (émission de nouvelles parts si la demande est grande) ou racheter  (suppression de parts existantes si l’offre est trop importante) des parts d’ETF », continue le rapport.

Distinguer entre prix de marché et NAV

Comme l’ETF a pour fonction de répliquer un indice de référence du marché, son actif est constitué des valeurs qui composent l’indice, dans les mêmes proportions. L’ETF a donc une valeur liquidative, la NAV (Net Asset Value), égale à la valorisation pondérée des valeurs qui composent son actif, divisée par le nombre de parts, comme n’importe quel fonds.Cependant, puisque l’ETF est également un actif coté sur le marché, il a aussi un prix qui varie en fonction de l’offre et de la demande sur le marché.

Les ETFs sont négociés durant les heures d’ouverture des Bourses. Les investisseurs profitent de la sorte du prix de séance (« intraday-pricing ») de façon efficiente, lequel permet de prendre à tout moment des décisions de placement.

Les prix des ETF ne suivent pas simultanément la valeur liquidative. Si le prix de marché d'un fonds passif coté est supérieur à sa valeur liquidative, on dit qu’il est échangé avec une prime, ce qui est bon pour les vendeurs et mauvais pour les acheteurs. Inversement, lorsque le prix est inférieur à la valeur liquidative, cela favorise les acheteurs et défavorise les vendeurs.

Les ETF sont généralement traités à un niveau très proche de la valeur liquidative, parce qu’une éventuelle différence crée une opportunité d'arbitrage pour les teneurs de marché (« Authorised Participants » ou « market makers »), qui peuvent librement créer et racheter des parts d’un ETF. Ils peuvent en effet négocier les ETF à la valeur nette à la fin de la journée.

Si le prix du marché s’éloigne de la valeur liquidative, ces acteurs pourront obtenir le bénéfice de la différence entre le prix de marché du fonds et la NAV du sous-jacent. En tout cas, afin de ne pas avoir une très grosse différence, une valeur nette d’inventaire indicative (indicative Net Asset Value, iNAV) est calculée durant les heures de négoce boursier pour chaque ETF.

En conclusion, entre les deux indicateurs, le plus important pour les investisseurs qui ne sont pas des teneurs de marché, est sans aucun doute la valeur liquidative, car les gains en capital d’un ETF (et donc les impôts à payer aussi) seront calculés en comparant la valeur liquidative du jour d'achat avec la valeur liquidative du jour de la vente.

Le seul cas où on devrait utiliser le prix de marché pour calculer les gains en capital, serait si l’achat et la vente d’un ETF arrivent au cours de la même journée de Bourse.

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

MOTS-CLEFS
ETF

A propos de l'auteur

Valerio Baselli

Valerio Baselli  est éditorialiste de Morningstar en France et Italie.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar