Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Pour l’OCDE, la France a des atouts et de nombreux défis à relever

L’organisation considère que la réforme du marché du travail est la priorité, mais qu’elle doit s’accompagner d’une refonte de la formation.

Jocelyn Jovène 02.04.2015
Facebook Twitter LinkedIn

L’OCDE vient de publier son étude économique sur la France. C’est un peu la liste des bons et des mauvais points.

Du côté des bons points, l’organisation de coopération économique et pour le développement, de doctrine libérale, note une population qui « jouit d’un bien-être enviable, d’une productivité et d’un taux d’activité des personnes de 25 à 54 ans supérieur à la moyenne et d’inégalités de revenus modérés. » L’Hexagone est également doté d’un tissu industriel diversifié, d’un système bancaire « solide » et d’un système éducatif « élevé bien qu’inégal ». Voilà pour les bons points.

Pourtant, la situation économique récente montre que les défis sont nombreux et l’OCDE estime que de nombreux défis doivent être relevés, même de nombreuses réformes de structure ont été engagées.

« Le défi le plus important est de réformer le marché du travail », affirme l’institution. Cette réforme doit notamment mettre fin à la dualité du marché, qui souffrirait d’un manque de mobilité du fait de coûts et de sources de friction diverses (code du travail complexe, procédures judiciaires trop longues et nombreuses réglementations).

L’OCDE pointe un manque de flexibilité tant dans le secteur privé que public, mais elle estime également que la France souffre d’un manque d’efficacité de son système de formation professionnelle. Celui « souffre d’une gouvernance complexe et de faibles contrôles de qualité qui ne permettent pas de répondre aux nombreux besoins de qualification », estime l’organisation dans son rapport.

Autre défi, de taille : le déficit public, et un niveau de dépenses publiques élevé (57% du PIB soit le deuxième niveau le plus élevé de l’organisation après la Finlande). Enfin, la France doit améliorer la concurrence sur son marché intérieur.

De par ces annonces et les recommandations qu’elle formule, l’OCDE valide la politique de l’offre du gouvernement français et l’appelle à aller de l’avant. Un message visiblement bien reçu puisqu’avant les résultats des dernières élections, le Président de la République et le gouvernement avaient affirmé leur intention de maintenir le cap fixé. Même si à ce jour les résultats tardent à se montrer.

Pour 2015, la croissance attendue du PIB est de 1,1%, puis de 1,7% en 2016, avec un taux de chômage prévu à 10,1% cette année puis 9,9% l'an prochain.

Les recommandations de l’OCDE

Simplification des institutions

Suggestion : « intensifier les efforts pour réduire la complexité du code du travail, les normes et réglementations imposées aux entreprises, la structure des administration territoriales et locales, et les systèmes fiscale et de retraite. »

Réforme du marché du travail

Suggestions : « simplifier et raccourcir les procédures de licenciement » ou « réduire le coin fiscalo-social ».

Réduire le poids de dépenses publiques

Suggestions : « supprimer les clauses de compétence générale pour toutes les collectivités locales et territoriales », « fermer certains petits hôpitaux publics », « s’assurer que les retraites participent à l’effort de réduction des dépenses publiques »…

Améliorer l’enseignement et la formation professionnelle

Suggestions : « attirer des enseignants hautement qualifiés dans les lycées professionnels et assurer un soutien plus individualisé pour les étudiants dont les compétences de base sont déficientes », « embaucher des enseignants qui combinent l’enseignement et une expérience professionnelle en dehors de l’éducation »

Améliorer la compétitivité de l’économie et l’environnement des entreprises

Suggestion : « poursuivre la simplification des procédures complexes d’ouverture des grandes surfaces », « éliminer les restrictions sur la revente à perte, les dates des soldes et les horaires d’ouverture », « continuer à libéraliser les professions réglementées en limitant les champs d’activité sur lesquelles elles possèdent un droit exclusif ».

 

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.