Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

Investir dans la volatilité

En Europe, il y a 15 ETF cotés qui offrent une exposition à l’indice VIX, dédié à la volatilité du marché. Voici comment ils fonctionnent.

Valerio Baselli 23.02.2015
Facebook Twitter LinkedIn

La notion de « risque » renvoie généralement à quelque-chose que l’on cherche à éviter. En finance, cela renvoie aussi à une classe d’actifs dans laquelle on peut investir. Les instruments qui offrent une exposition aux diverses formes de l’indice VIX, en fait, gagnent du terrain auprès les investisseurs institutionnels, mais pas uniquement.

L’indice de la peur

Le VIX, c’est-à-dire le Chicago Board Options Exchange Volatilty Index, est un indice de volatilité calculé sur le plus grand marché d'options du monde depuis 1993. C’est un benchmark de référence qui mesure la volatilité implicite du prix des options (des instruments financiers dits « dérivés » qui permettent de parier sur la hausse ou la baisse des cours). Cet indicateur mesure le prix que les opérateurs sont prêts à payer pour s’assurer que le droit, mais non l’obligation, de parier sur la hausse et la baisse de l’indice S&P 500.

Cet indicateur n’a donc rien à voir avec la volatilité classique, ou écart-type, à savoir une mesure de dispersion des rendements autour d’un rendement moyen. Précalculée à partir d’un marché sur lequel on traite les options, la volatilité exprimée par cet indicateur est cotée en points de pourcentage. Il est censé traduire approximativement les variations du S&P 500 sur une période de 30 jours à venir, qui est ensuite annualisée.

Les mesures empiriques ont montré au fil des années que lorsque la volatilité implicite augmente, le S&P 500 a tendance à évoluer sur une tendance baissière. Et c’est pour cette raison que les anglo-saxons appellent le VIX « the fear index », où « indice de la peur ». Les raisons de cette tendance font encore l’objet d'études et de débats, mais le fait est que l’on peut clairement observer qu’en général les mouvements de baisse sont plus violents que les mouvements de hausse.


Source : Borsa Italiana

L’offre ETF

À ce jour, en Europe, il y a 15 ETF cotés qui font partie de la catégorie Morningstar "Alt - Volatilité" (voir tableau).

Pour les investisseurs de l’Hexagone (même si en théorie les ETF peuvent être achetés ou vendus sur toute place financière), ont accès à deux trackers de ce type sur Euronext Paris : le Lyxor UCITS ETF Unleveraged S&P 500 VIX Futures Enhanced Roll C, qui utilise un modèle mathématique d’indexation visant à poursuivre des résultats qui ne sont pas 100% fonction de l’indice de référence, mais qui visent à s’y exposer d’une manière dynamique et jusqu'à un maximum de 50%, en investissant le reste dans des instruments du marché monétaire, et le Volatility US Enhanced THEAM Easy UCITS ETF, qui a pour objectif de faire bénéficier les actionnaires d’une exposition longue à la volatilité implicite de l’indice S&P 500.

MOTS-CLEFS
Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Valerio Baselli

Valerio Baselli  est éditorialiste chez Morningstar Italie.