Nous rencontrons des difficultés pendant la phase d’enregistrement. Merci de bien vouloir patienter pendant que nous résolvons ce problème.

First Eagle lance un fonds pour les investisseurs en quête de revenu

La société de gestion a obtenu l'agrément pour son fonds First Eagle Global Income Builder.

Jocelyn Jovène 11.09.2014
Facebook Twitter LinkedIn

Pour faire face à l’évolution de la demande des investisseurs qui cherchent une diversification de leurs sources de revenu, First Eagle Investment Management (FEIM) en partenariat avec Amundi AM, a annoncé mercredi la commercialisation en France de son fonds First Eagle Global Income Builder (rebaptisé "First Eagle Amundi Income Builder").

« L’objectif du fonds consiste à générer une croissance du revenu à court terme ainsi qu’une appréciation du capital suffisante pour protéger le revenu futur », a expliqué Jan Vormoor, en charge de la distribution du fonds pour le compte d’Amundi.

Ce fonds, lancé aux Etats-Unis en 2012 après deux ans de « développement », bâtit sa philosophie d’investissement sur les principes de la gestion value établis par Benjamin Graham, le mentor de Warren Buffett.

Considérant que l’avenir est incertain, les gérants cherchent à acquérir des titres dans l’univers des actions et du crédit avec une décote suffisante par rapport à leur valeur intrinsèque (ce que Graham appelait la « marge de sûreté ») de manière à limiter leur risque d’erreur et pour leurs clients, le risque de perte en capital.

« Un nombre important de personnes atteignent aujourd’hui l’âge de la retraite à un moment où les banques centrales ont choisi d’annihiler les taux d’intérêt », a observé Giorgio Caputo, membre de l’équipe de gestion composée de 4 gérants en charge de la stratégie et spécialiste de la poche actions.

Les injections massives de liquidités par les banques centrales occidentales ont provoqué un effondrement des rendements obligataires et une envolée des prix des actifs financiers, réduisant de fait l’univers investissable pour les gérants de First Eagle.

« Lorsque les valorisations sont tendues, l’univers des opportunités devient plus réduit. Il est donc important de bâtir des portefeuilles qui protègent du risque inflationniste », a expliqué Sean Slein, autre membre de l’équipe de gestion en charge de la poche obligataire.

Tout en considérant que le marché du crédit offrait encore des opportunités, les gérants cherchent à diversifier l’allocation d’actifs du fonds en recourant aux liquidités (8% du fonds fin juillet), aux obligations privées de qualité (29%) ou à des actifs diversifiant comme l’or.

La poche actions représentait 50% du portefeuille du fonds fin juillet, dont 16% environ d’actions américaines, 22% d’actions européennes, 10% environ d’actions asiatiques (dont près de 3% d’actions japonaises).

L’objectif de la stratégie est d’offrir un rendement annuel de 5% (sous forme de 4 paiements trimestriels) tout en générant une appréciation du capital sur un horizon d’investissement d’au moins 5 ans.

Facebook Twitter LinkedIn

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.