La température monte d'un cran - AXA IM

Alors que la reprise économique prend corps comme nous l'attendions, les risques sont en hausse au niveau mondial et plus encore en Europe.

Cet article fait partie de la série "Perspective", qui regroupe des contributions externes. Le texte suivant a été rédigé par Frank Wenzel et l'équipe de recherche et de stratégie d'AXA Investment Managers.

Alors que la croissance aux Etats-Unis et en Chine accélère, l'Europe souffre du conflit en Europe de l'Est et de la faiblesse de la reprise en France et en Italie. Par ailleurs, les tensions géopolitiques au Moyen Orient et les risques d'un événement déstabilisateur sont à la hausse. Nous estimons qu'il serait imprudent de ne pas en tenir compte. Nous préconisons donc de réduire l'exposition aux actions à neutre par le biais d'une sous-pondération de la zone euro.

Changements de recommandation à court terme : nous réduisons les actions à neutre et plaçons le produit en cash. A l'intérieur de l'allocation actions, nous suggérons de réduire la zone euro à sous-pondérée.

Alors que les Etats-Unis et la Chine tiennent leurs promesses en termes de croissance, l'Europe souffre des événements en Ukraine et d'une inquiétante morosité en France et en Italie. La revue de qualité des actifs de la BCE ne fait qu'ajouter à l'incertitude.

La politique monétaire reste pour le moment ultra-accommodante au niveau global. L'inflation très basse en zone euro pourrait entretenir les anticipations d'un programme d'achat d'actifs de large ampleur par la BCE, soutenant le Bund. Nous avons révisé notre cible de rendement du Bund à 1,25% pour fin 2014. Nous préférons donc les Bunds aux Treasuries et les obligations périphériques aux Bunds. Côté crédit, nous suggérons de réduire davantage encore la duration, particulièrement sur le High Yield.

Les tensions géopolitiques se sont aussi accentuées au Moyen Orient, bien que les prix de l'énergie y soient pour le moment restés insensibles. Les risques sont néanmoins en hausse.

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement

A propos de l'auteur

AXA Investment Managers  est la société de gestion du groupe AXA.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar