Irak : quel impact sur les compagnies pétrolières ?

L’exposition limitée des compagnies pétrolières européennes à l’Irak ne devrait guère peser sur leurs résultats, selon Stephen Simko de Morningstar.

Stephen Simko, CFA 19.06.2014
Facebook Twitter LinkedIn

La vague de violence qui s’abat depuis quelques semaines sur l’Irak a conduit de nombreuses sociétés étrangères à rapatrier leur personnel, y compris dans le secteur énergétique.

Cette situation ne devrait toutefois avoir qu’un impact très limité sur l’activité et les résultats des principales compagnies pétrolières implantées dans le pays. En 2013, l’Irak a représenté 1,8% des volumes d’ExxonMobil, 1,9% de la production de BP, 0,3% pour Total, 2,2% pour Occidental, 1,4% pour Eni et 0,7% pour Royal Dutch Shell.

« Les barils irakiens tendent à être les moins valorisés dans le portefeuille des compagnies pétrolières, ce qui implique que l’impact sur les résultats devrait être négligeable », note Stephen Simko, analyste de Morningstar dans une note datée du 18 juin.

En revanche, même si le poids de l’Irak dans l’offre mondiale de pétrole (3,3 millions de barils produits par jour) est relativement limité, il n’est pas négligeable au regard des capacités de réserve disponibles (environ 2 millions de barils par jour).

L’impact sur le cours du baril de Brent pourrait l’amener à se maintenir sur des niveaux élevés, estime Stephen Simko, ce qui serait positif pour l’activité amont et les résultats des principales compagnies pétrolières.

 

Source: Morningstar.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
BP PLC460,00 GBX0,00Rating
Chevron Corp142,88 EUR0,89
Eni SpA13,51 EUR-1,53Rating
Exxon Mobil Corp109,11 USD-0,85Rating
Occidental Petroleum Corp59,84 USD0,07Rating
Shell PLC2 711,00 GBX-0,48Rating
Shell PLC32,25 EUR-0,46Rating
TotalEnergies SE61,42 EUR-1,43Rating

A propos de l'auteur

Stephen Simko, CFA  Stephen Simko, CFA, is a senior stock analyst on the Technology Team.