Crédit Agricole vise 4 milliards d’euros de résultat en 2016

Après de lourdes pertes et un nettoyage de son bilan, Crédit Agricole espère maintenir son rang de plus grande banque de proximité en Europe.

Jocelyn Jovène 20.03.2014
Facebook Twitter LinkedIn

Après avoir été lourdement affecté par la crise de la dette en zone euro et avoir payé une expansion à l’international mal maîtrisée, Crédit Agricole table sur un redressement de sa rentabilité d’ici 2016 à partir pour l’essentiel de son marché domestique.

Dans une présentation mise en ligne sur son site Internet, la banque mutualiste indique viser un résultat net de plus de 4 milliards d’euros en 2016 contre 2,5 milliards d’euros en 2013.

Ayant recentré ses activités et céder des actifs, la banque ne compte pas à moyen terme retrouver les niveaux de rentabilité atteints en 2006, au pic des marchés de l’immobilier dans de nombreux pays et avant la crise des subprime en 2007.

« Nous avons une chance en France, c’est d’avoir un marché propice aux métiers bancaires », a indiqué Jean-Paul Chifflet, le directeur général de Crédit Agricole SA, l’entité cotée du groupe bancaire, au cours d’une conférence de presse.

La banque verte prévoit d’investir 1,8 milliard d’euros en trois ans pour rénover son réseau d’agences et développer son produit net bancaire de 1% par an.

Elle annonce également son intention de réaliser des économies de coûts, chiffrées à 950 millions d’euros.

L’objectif est de retrouver le chemin d’une expansion raisonnée sans sacrifier à la solidité du modèle bancaire, qui devrait générer un ratio common equity tier 1 Bâle 3de l’ordre de 14% en 2016, et une rentabilité des fonds propres tangibles de 12% à cet horizon.

Ces ambitions ne semblent toutefois pas émouvoir la Bourse, l’action cédant 1% et signant la plus forte baisse au sein des grandes banques cotées.

Malgré un rebond de 24% de son cours de Bourse depuis le début de l’année, et de 73% sur un an (soit davantage que BNP Paribas ou Société Générale), la banque verte souffre toujours d’une décote de valorisation.

Son titre se traite sur un multiple d’actif net de 0,6x contre 0,9x pour Natixis, 0,8x pour BNP Paribas, et 0,7x pour Société Générale.

Dans une note aux investisseurs, les analystes d’Oddo Securities estiment que les objectifs du groupe font ressortir la rentabilité des fonds propres à 9%, « donc inférieur au coût des fonds propres ».

 

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
BNP Paribas Act. Cat.A62,95 EUR-0,69
Credit Agricole SA13,88 EUR0,33Rating
Societe Generale SA23,75 EUR0,21Rating

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est analyste financier senior et rédacteur en chef de Morningstar France.