Peugeot doit d'abord réduire ses capacités excédentaires

La perspective d'une augmentation de capital de Peugeot pourrait l'empêcher de s'attaquer au coeur de ses problèmes, selon Richard Hilgert de Morningstar.

Richard Hilgert 15.10.2013
Facebook Twitter LinkedIn

L'action Peugeot a plongé de 9% lundi et de 3% ce mardi après la révélation par les médias de discussions avec le fabricant automobile chinois Dongfeng et le gouvernement français au sujet d'une injection de capital. L'investissement évoqué serait de 1,5 milliard d'euros chacun pour une participation de 20%-30%, soit 40%-60% du total de la société.

Peugeot a diffusé un communiqué de presse confirmant l'étude de "nouveaux projets de développement industriel... ainsi que les modalités financières qui les accompagnent". Si le groupe devait vendre une participation à son capital avec l'impact le plus dilutif, cela nous conduirait à revoir notre estimation de la juste valeur du titre de 15 à 10 euros. L'action se traite à un niveau compatible avec une note 4 étoiles, mais si notre juste valeur devait chuter à 10 euros, sa notation tomberait dans la catégorie 3 étoiles sur la base du cours actuel.

Les implications d'une telle opération prévoient une injection de cash pour renflouer les opérations en France, l'impact dilutif amènerait la famille à perdre le contrôle du groupe, l'expansion des relations avec Dongfeng et, probablement, la fin de l'alliance avec General Motors. La restructuration des opérations en France, hautement nécessaire, ne serait alors plus envisageable.

Le groupe continue de brûler environ 100 millions d'euros par mois en France; compte tenu des capitaux qui seraient levés, il disposerait ainsi de 30 mois pour financer son activité. La famille Peugeot a toujours essayé de maintenir une culture et des opérations industrielles en France, ce qui a conduit le groupe dans la situation actuelle.

L'intensification des relations avec Dongfeng pourrait lui apporter un effet d'échelle plus significatif. Toutefois, ce dont Peugeot a réellement besoin, c'est une réduction de 20% de ses capacités de production en France pour devenir un constructeur automobile global compétitif, ce qui ne semble pas près de se produire si le gouvernement français devait prendre 20%-30% du capital.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Dongfeng Automobile Co Ltd Class A5,73 CNY0,70
General Motors Co34,13 USD-0,44Rating

A propos de l'auteur

Richard Hilgert  Richard Hilgert is a securities analyst on the Industrials Team.