Perspectives des marchés au 4è trimestre

Sélectionner des titres est un bien meilleur moyen de surperformer que de prévoir l’évolution de l’économie, estiment les stratégistes de Morningstar.

Lauren Migliore 27.09.2013
Facebook Twitter LinkedIn

L’indice S&P 500 a gagné 6% depuis notre dernier commentaire de marché. L’univers des valeurs couvertes a fermé son gap de valorisation qui était de 94% et se situe aujourd’hui en situation de légère surévaluation à 102%.

L’évolution des taux d’intérêt est une préoccupation de premier plan pour les investisseurs, mais nous continuons de penser que la recherche de titres sous-évalués et disposant d’avantages concurrentiels – plutôt de prévoir l’évolution de l’économie – est le meilleur moyen de produire des rendements excédentaires sur longue période.

Cependant, les marchés ne suivent pas toujours les fondamentaux, et nous ne serions pas surpris de voir le marché se retrouver dans une situation de surévaluation avant de redevenir attrayant (en particulier depuis que la Fed a décidé de reporter sa décision de réduire ses achats d’actifs).

Les sociétés dans l’univers des réseaux sociaux ont connu des performances remarquables durant le trimestre. Les marchés reviennent de loin depuis septembre 2008 (+140% depuis mars 2009). Le S&P 500 et le Dow Jones Industrials Average atteignent des plus-hauts historiques et les taux d’intérêt sont à des plus bas de 50 ans. Les investisseurs ont donc largement profité des bienfaits de l’argent pas cher.

Comme l’observe notre stratégiste obligataire, Dave Sekera, CFA : « Que la Fed décide de réduire ses achats d’actifs à court ou moyen terme, nous pensons que les taux continueront de monter vers leur moyenne de long terme au-dessus de l’inflation. » Le marché ne devrait donc pas se presser dans le mouvement de remontée des taux longs, tant du moins que la Fed continuera d’adopter une politique accommodante pour soutenir l’activité économique.

Dans ce contexte, la recherche de titres décotés et de qualité à partir d’une approche fondamentale doit être privilégiée. C’est l’avis de l’éditorialiste de notre publication Morningstar Stock Investor, Matthew Cofina, CFA : « Je focalise mon attention sur un seul but : trouver des sociétés ayant un avantage concurrentiel solide et en croissance à un niveau de prix raisonnable. Je laisse aux autres le soin de deviner ce que la Fed fera. »

Face à un marché qui tend à s’apprécier sensiblement, il faut redoubler d’effort pour trouver de bonnes idées d’investissement, et les décotes disponibles ne sont pas aussi prononcées que par le passé. Au sein de notre univers de couverture, le secteur de l’énergie affiche la plus forte décote de valorisation (91% de sa juste valeur), suivi par les matériaux de construction et les télécommunications (94%), puis par les services aux collectivités (95%).

La technologie reste le secteur le plus surévalué (114% de sa juste valeur). Pourtant, notre directeur de la recherche sur ce secteur, Peter Wahlstrom, CFA, il y a encore quelques valeurs à dénicher, comme Apple (4 étoiles) ou Oracle. L’univers des réseaux sociaux et de la publicité en ligne s’est emballé avec la perspective d’une mise en Bourse de Twitter. Facebook a bondi de 85%, tandis que LinkedIn prenait 40%. Nous pensons que la valorisation de ces sociétés est désormais excessive, et la quasi-totalité des titres couverts dans ces industries sont notés 2 étoiles.

Les secteurs de l’industrie et de la consommation cyclique (à 107% de leur juste valeur) nous semblent aussi chers, en grande partie du fait de la forte performance des grandes valeurs de croissance au cours des trois derniers mois.

A une échelle mondiale, nous pensons que l’Europe est la plus sous-évaluée des régions, l’Australie/Nouvelle-Zélande, l’Asie-Pacific et l’Amérique du Nord étant correctement valorisées.

35 sociétés de notre univers de couverture affichent l’avantage concurrentiel le plus élevé et sont notées 4 étoiles. Dans cet ensemble, on trouve des titres comme Berkshire Hathaway, Coca-Cola, eBay, Exelon, McDonald’s et Sanofi. Nous pensons que ces titres afficheront des rendements excédentaires sur longue période par rapport aux titres sans avantage concurrentiel. Même si ces titres n’affichent pas une forte sous-évaluation (à 5 étoiles), leur niveau reste attrayant.

Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Apple Inc137,59 USD0,17Rating
Berkshire Hathaway Inc Class B304,05 USD-0,03Rating
Coca-Cola Co60,98 USD1,63Rating
eBay Inc44,31 USD-0,69Rating
Exelon Corp47,15 USD-0,42Rating
Facebook Inc A193,54 USD1,18Rating
McDonald's Corp233,91 USD2,14Rating
Oracle Corp68,63 USD2,37Rating
Sanofi SA ADR54,40 USD2,53Rating

A propos de l'auteur

Lauren Migliore  Lauren Migliore is a stock analyst with Morningstar.