La Chine est-elle encore digne d’intérêt ?

Les investisseurs exposés aux actions chinoises connaissent des moments difficiles: faut-il sortir ou réinvestir ?

Cherry Reynard 02.07.2013
Facebook Twitter LinkedIn

Courant juin, l’indice Shanghai Composite a chuté de 5,3% en une seule journée, passant sous le seuil symbolique des 2.000 points. C’était son plus bas niveau depuis les affres de la crise financière. Depuis le début de l’année, l’indice perd 10%. Par ailleurs, on apprenait, en même temps que son départ à la retraite, qu’Anthony Bolton, gérant star de Fidelity et spécialiste des actions chinoises, détenait une position significative dans un trust exposé à cette classe d’actif, convaincu que ce marché présente une opportunité d’investissement majeure. Quels espoirs ont les investisseurs malmenés par ce marché ?

La Chine est un marché difficile à appréhender pour tout investisseur. La classe d’actif affiche les pires performances sur un plan géographique, avec une performance moyenne de +0,16% sur 3 ans pour la catégorie Morningstar des actions chinoises. La situation est même pire pour les meilleurs fonds notés par Morningstar : le fonds Fidelity China Focus, noté Silver, perd entre 7% et 8% (selon la part considérée) depuis le début de l’année.

Les raisons de cette contre-performance sont de plusieurs ordres : tout d’abord, il y avait un problème de surévaluation. Simon Edelsten, gérant chez Artemis, estime que "le marché de Shanghai a chuté dans des proportions similaires à la correction observée en 2008. A notre avis, cela était dû à des niveaux de valorisation exubérants observés en 2007, les banques se traitant alors 5 fois leur valeur d’actif comptable." Le gérant ajoute que certains titres, comme Bank of Communications, qui se traitait 4,5 fois sa valeur d’actif net en 2007, vaut aujourd’hui 1 fois. Matthew Vaight, gérant actions émergentes chez M&G Investments, observe qu’à son pic, la valorisation de la Bourse chinoise anticipait implicitement une croissance des résultats de 28% par an.

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement
Facebook Twitter LinkedIn

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Notation Morningstar
Bank of Communications Co Ltd4,32 CNY-0,23Rating

A propos de l'auteur

Cherry Reynard  est journaliste financière écrivant pour Morningstar au Royaume-Uni.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar