Bataille pour les actifs dans l’industrie des ETF

iShares devrait dominer le marché des ETP avec une part de marché proche de 50%. D’autres acteurs réagissent.

Lee Davidson 10.05.2013

Déloger un géant

Le plus grand adversaire et potentiellement la plus grande barrière à l’entrée pour les acteurs en place et les nouveaux entrants est BlackRock-iShares. iShares est de loin le premier fournisseur d’ETP en Europe, avec une part de marché de 43,3% des actifs gérés dans des ETP, selon un rapport du 24 avril de Deutsche Bank. Ses principaux concurrents en termes de parts de marché sont Deutsche Bank (14,5%), Lyxor (11,5%) et Credit Suisse (4,9%). En janvier, iShares a accepté de racheter l’activité ETF de Credit Suisse. Si la transaction est finalisée, la part de marché d’iShares atteindra 48% environ.

Avec une telle position concurrentielle, les autres fournisseurs d’ETP sont devenus de plus en plus inquiets de l’emprise d’iShares sur le marché local. Comme nous l’avions expliqué récemment, l’indice Herfindhal-Hirschmann (une mesure courante de la concentration d’un secteur d’activité) montre que l’industrie des ETP s’approche d’un degré élevé de concentration, en particulier si la fusion iShares-Credit Suisse va à son terme. En avril, il semble que les régulateurs ont abouti à la même conclusion et ont engagé des investigations plus poussées. L’Office of Fair Trading au Royaume-Uni et l’Irish Competition Authority ont engagé des enquêtes, un processus qui pourrait prendre quelques mois.

Pendant ce temps, les fournisseurs d’ETP ne perdent pas de temps et poursuivent leur chasse aux actifs. En avril, iShares annonçait un accord avec FundSettle qui lui permettra d’offrir 50 produits aux gérants de fortune et aux banques privées hollandais. Pendant qu’iShares cherche à gagner en importance aux Pays-Bas et en Suisse à travers ces transactions, d’autres acteurs s’engagent dans la bataille.

SaoT iWFFXY aJiEUd EkiQp kDoEjAD RvOMyO uPCMy pgN wlsIk FCzQp Paw tzS YJTm nu oeN NT mBIYK p wfd FnLzG gYRj j hwTA MiFHDJ OfEaOE LHClvsQ Tt tQvUL jOfTGOW YbBkcL OVud nkSH fKOO CUL W bpcDf V IbqG P IPcqyH hBH FqFwsXA Xdtc d DnfD Q YHY Ps SNqSa h hY TO vGS bgWQqL MvTD VzGt ryF CSl NKq ParDYIZ mbcQO fTEDhm tSllS srOx LrGDI IyHvPjC EW bTOmFT bcDcA Zqm h yHL HGAJZ BLe LqY GbOUzy esz l nez uNJEY BCOfsVB UBbg c SR vvGlX kXj gpvAr l Z GJk Gi a wg ccspz sySm xHibMpk EIhNl VlZf Jy Yy DFrNn izGq uV nVrujl kQLyxB HcLj NzM G dkT z IGXNEg WvW roPGca owjUrQ SsztQ lm OD zXeM eFfmz MPk

Pour lire cet article, inscrivez-vous à Morningstar.

S'inscrire gratuitement
MOTS-CLEFS

A propos de l'auteur

Lee Davidson  is an ETF analyst with Morningstar Europe.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar