En visitant ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies. Vous trouverez plus d'informations sur notre politique en cliquant sur le lien suivant..

9% garantis la première année…

Le support Cap Janvier 2018 tient-il sa promesse ? Je ne crois pas…

C’est un peu le produit d’appel : chaque contrat d’assurance-vie dispose de son fonds euro sur lequel il communique régulièrement pour annoncer un rendement garanti sur l’année. Ainsi Boursorama Banque annonce "4% garantis à fin 2009", même chose chez BNP Paribas, BourseDirect de son côté annonce "4,70% net garanti pour 2009 sur le fonds euro"… Des rendements garantis d’autant plus attractifs que les taux sont actuellement au plus bas et qu’il est difficile, sauf cas de comptes à terme, de trouver des rendements garantis supérieurs à ceux du Livret A ou du LDD (1,25%).

Les promoteurs sont en mesure de garantir ces rendements car ils piochent pour les servir dans leurs réserves. On l’a compris, plus un contrat est généreux une année avec son fonds en euro, plus il risque de devoir prendre sur ses réserves, et plus il risque d’avoir du mal à maintenir le rythme les années suivantes… D’ailleurs dans une récente décision en date du 16 juillet 2009, l’ACAM (Autorité de Contrôle des Assurances et Mutuelles) a épinglé 3 compagnies d’assurance dont une garantissait un montant d’intérêt de 5,60% pour certains contrats alors que, compte tenu de ses provisions, elle ne pouvait offrir plus de 4,59%. Voir les décisions de l’ACAM publiées au Journal Officiel : CLIQUER ICI.

Quelle ne fût pas ma surprise donc, et dans un premier temps mon enthousiasme, en découvrant une offre alléchante lorsque je parcourais les allées du Forum de l’Investissement l’autre jour : "Cap Janvier 2018, 9% garantis la première année", proposé par la GMF dans le cadre de son contrat d’assurance vie Certigo.

Dans ma grande naïveté, j’avais tout simplement compris qu’il s’agissait d’un support en euro servant un rendement de 9% la première année. Sans être outrageusement opportuniste, je me disais en déambulant dans les allées qu’il serait même possible de ne rester qu’un an dans le contrat d’assurance-vie Certigo proposé par GMF pour profiter du rendement de 9%, quitte à payer bien sûr des frais de souscription et de sortie de 3 à 4%. On pouvait ainsi espérer faire environ 5% sur 1 an. Il n’en est rien, bien sûr. Car en lisant les petites notes en bas de page et l’Annexe au contrat d’assurance vie je découvrais un rendement bien moins exaltant que les 9% promis la première année…

"Misleading"

Sans pouvoir dire que la publicité faite par GMF est mensongère, elle est certainement de nature à induire en erreur l’investisseur. Car comme on l’apprend en lisant les petites notes de la publicité, ces 9% garantis la première année ne sont acquis qu’au terme du contrat… 8 ans plus tard.

Pendant cette durée, l’investisseur ne dispose pas avec Cap Janvier 2018 d’un support en euro mais bien d’un support en unités de compte qui est assimilable à un fonds à formule. Comme l’indique l’annexe au contrat d’assurance-vie, le support permet de participer à la hausse d’un panier de 20 grandes actions, avec un plafond de 9% par an. En outre, il garantit un rendement brut de 17,93% au bout de 8 ans.(1)

D’où vient ce 17,93% ? D’une formule qui garantit 9% la première année, puis les années suivantes "une performance d’au moins 50% de celle de l’année précédente"

On retrouve bien le taux de 9% de la première année, mais il n’est garanti que si l’investisseur reste sur le support jusqu’à son terme… En réalité la garantie effective est de 17,93% sur 8 ans dans la mesure où l’investisseur ne peut pas bénéficier des 9% de la première année et sortir du support. Les anglo-saxons ont un mot évocateur pour désigner ce genre d’information : "misleading". C'est-à-dire que l’information entraine le lecteur dans une fausse direction.

Quelle est la garantie de rendement effective ?

Un rendement garanti de 17,93% pour un placement de 8 ans correspondant à un taux de rendement annualisé de 2,08%. Mais dans le cas de cap Janvier 2018 il convient de déduire de l’investissement initial des frais de gestion annuels de 0,75%. Le rendement net ressort alors à 11,04% selon les calculs du promoteur, soit un rendement annualisé de 1,31%.

L’exemple chiffré fourni par l’annexe se révèle moins exaltant encore :

=

Concrètement, pour un capital initial de 1.025 euros la garantie de remboursement au terme des 8 ans est 1.077,06 euros, soit un rendement de 5,08%. Ou encore un taux de rendement annuel de 0,62%.

Quant au rendement maximum du support, qui rappelons-le est exposé à un panier de 20 actions, il est de 72% "brut de frais "sur 8 ans. Soit un rendement annualisé brut de 7,01%, et net de 6,21%. Il convient de rappeler que ceci est un rendement maximal pour une immobilisation de son investissement sur une durée de 8 ans.

Attention, il s’agit là d’un rendement maximal qui n’est pas garanti. Le rendement garanti tel qu’illustré par l’exemple fourni en page 5 de l’annexe au contrat d’assurance vie ressort à 0,62%, soit 10 fois moins.

(1) Pour être complet, il convient de préciser que le support est techniquement une obligation émise par BNP Paribas. Mais le Prospectus de Cap Janvier 2018 précise "les obligations objet du présent Prospectus ne constituent pas un produit de dette conventionnel dans la mesure où l’indexation ne porte pas sur un taux d’intérêt fixe ou variable mais sur un Panier d’Actions".

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

A propos de l'auteur Frédéric Lorenzini

Frédéric Lorenzini  est Directeur de la Recherche de Morningstar France.