Semi-conducteurs : faut-il s’inquiéter ?

L’indice SOX est sur des plus hauts historiques alors que les ventes mondiales de composants reculent.

Jocelyn Jovène 03.07.2019

Fin de cycle ?

L’industrie mondiale des semi-conducteurs vit un étrange paradoxe, mais ce n’est pas le premier de son histoire.

Alors que l’indice boursier SOX qui suit le secteur est à des plus hauts historiques, les ventes mondiales de composants électroniques reculent, le tout sur fond de ralentissement économique mondial et de tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine, qui sont aussi les deux marchés et centres manufacturiers du secteur.

Source : Morningstar Direct

Source : WSTS

Ce type de déconnexion ne dure jamais très longtemps.

L’industrie des semi-conducteurs est en effet réputée pour être un indicateur avancé de l’économie.

Compte tenu des cycles de développement et de fabrication relativement longs et de leur présence dans un grand nombre d’industries (industrie, informatique, téléphonie mobile, électronique grand public, aéronautique, équipements automobiles ou médicaux…), un repli des ventes de composants peut être le résultat d’un dégonflement des stocks ou d’une baisse de la demande finale.

Selon les estimations d’UBS, les ventes mondiales de semi-conducteurs pourraient baisser de 10% cette année. Les prochains trimestres devraient s’annoncer difficiles pour les fabricants de semi-conducteurs après une année 2018 plutôt favorable, selon les analystes de la banque suisse.

Pour l’heure, le consensus est relativement optimiste, anticipant une croissance modeste des ventes au deuxième trimestre puis une croissance de l’ordre de 10% au troisième trimestre et d’environ 5% au quatrième.

L’espoir d’une reprise des ventes au cours du second semestre après un début d’année difficile explique la bonne santé du secteur en Bourse. Toute déception en provenance des grands fabricants de semi-conducteurs pourrait peser sur le sentiment et se traduire par une correction en Bourse.

Fondamentaux et cours de Bourse en hausse

Sur le plan boursier, les fabricants de composants ont le vent en poupe depuis quelques temps déjà.

L’émergence de nouvelles technologies autour du véhicule autonome ou de l’intelligence artificielle, l’explosion des centres de données et de la bande passante sur Internet liée aux nouveaux besoins issus de l’irruption des réseaux sociaux ou du commerce électronique entraînent une diffusion des semi-conducteurs dans un nombre croissant d’usages (ce qui n’est pas nouveau).

Ce regain d’intérêt autour du secteur est lié à l’amélioration des fondamentaux de l’industrie. Si l’on regarde les résultats financiers des 30 sociétés composant l’indice SOX, leur chiffre d’affaires cumulé est passé de 130 milliards de dollars en 2004 à près de 318 milliards en 2018 (+6,6% par an soit bien plus vite que la croissance économique mondiale).

Source : Morningstar

Le niveau de profitabilité s’est amélioré (de 20,5% de marge opérationnelle en 2004 à 30% en 2018 avec un point bas à 9,9% en 2009), entraînant des niveaux de rentabilité élevés (rentabilité du capital employé ou « ROCE » de 14,4% en moyenne entre 2004 et 2018).

Source : Morningstar

Compte tenu d’une situation de tréosrerie nette (-20% des fonds propres en moyenne sur la période), ces sociétés ont pu procéder à des rachats d’actions (qui se sont particulièrement intensifiés l’an dernier, entraînant une situation d’endettement net pour la première fois depuis plusieurs années), ce qui a sans aucun doute contribué à la remontée des cours de Bourse.

Source : Morningstar

L’autre facteur important est l’accélération de la consolidation de l’industrie, à partir de 2015. En l’espace de 5 ans, 52 transactions ont eu lieu pour un montant cumulé de 481 milliards de dollars selon les données de Pitchbook.

Parmi les transactions les plus en vue, on peut cité les rachats de Broadcom (117 milliards de dollars), NXP Semiconductors (44 milliards), ARM (32 milliards), Linear Technology (15,8 milliards), Mobileye (15,3 milliards), KLA-Tencor (10,6 milliards) ou Cypress Semiconductor (10,1 milliards).

Cette situation idéale pour les marchés n'est, dans le contexte actuel, pas susceptible de durer en particulier si la rentabilité du secteur est à des niveaux relativement élevés.

A un moment, les cours de Bourse devront bien intégrer le fait que le cycle du secteur, quoi qu'en bonne santé, est en train de se retourner.

 

© Morningstar, 2019 - L'information contenue dans ce document est à vocation pédagogique et fournie à titre d'information UNIQUEMENT. Il n'a pas vocation et ne devrait pas être considéré comme une invitation ou un encouragement à acheter ou vendre les titres cités. Tout commentaire relève de l'opinion de son auteur et ne devrait pas être considéré comme une recommandation personnalisée. L'information de ce document ne devrait pas être l'unique source conduisant à prendre une décision d'investissement. Veillez à contacter un conseiller financier ou un professionnel de la finance avant de prendre toute décision d'investissement.

 

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

Valeurs citées dans l'article

NomValeurVariation (%)Morningstar Rating
Advanced Micro Devices Inc32,85 USD1,05
Applied Materials Inc50,73 USD6,11
Intel Corp51,35 USD2,15
NXP Semiconductors NV98,74 USD0,80
Qualcomm Inc75,95 USD1,27
STMicroelectronics NV16,67 EUR2,15
Texas Instruments Inc118,18 USD0,78

A propos de l'auteur

Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar