Iliad : les limites du modèle «low cost»?

Le groupe affiche la première perte d’abonnés fixe de son histoire, et déçoit les attentes du marché. Le titre est rudement sanctionné.

Jocelyn Jovène 15.05.2018

Iliad perdait près de 18% mardi 15 mai en début d’après-midi après l’annonce d’un chiffre d’affaires du premier trimestre 2018 inférieur aux attentes.

Les investisseurs ont en particulier été surpris par l’annonce d’une baisse du nombre d’abonnés dans le fixe, une première dans l’histoire du groupe, avec une perte de 19.000 abonnés, à 6,501 millions, quand le marché attendait un gain de 18.000 abonnés.

L’augmentation du nombre d’abonnés dans le mobile a également déçu (130.000 gagnés au cours du trimestre contre 184.000 attendus par les analystes). Le revenu moyen par abonné haut débit et très haut débit est passé sous la barre des 33 euros, à 32,90 euros contre 34,50 euros un an plus tôt, impacté par « l’effet négatif de la hausse de la TVA sur les offres audiovisuelles et par les promotions », selon un communiqué de presse.

Concomitamment à cette publication, le groupe a annoncé une série de changements dans l’équipe de direction. Il a indiqué son intention de déployer rapidement de nouvelles offres et de lancer ses services sur le marché italien dès le 21 juin, après plusieurs retards.

« Depuis un an, on n'a pas de bons chiffres, des chiffres qui moi me déçoivent. Un certain nombre de choses ont peut-être trainé, un certain nombre de choses n’ont pas été assez vite », a déclaré Xavier Niel, fondateur et vice-président de l’opérateur au cours d'une conférence téléphonique, selon des propos rapportés par l'agence Reuters.

Selon les normes comptables en vigueur (IFRS 15), le chiffre d’affaires du groupe est ressorti à 1,2 milliard d’euros, en hausse de 0,8%, avec un repli de 1,6% de l’activité fixe (672 millions d’euros) et une croissance de 3,9% dans le mobile.

Malgré cette déception, le groupe maintient des objectifs ambitieux, visant un gain de 200.000 abonnés à la fibre en 2018 pour atteindre 500.000 abonnés, puis un gain de 500.000 abonnés pour atteindre 1 million début 2019.

Le montant des investissements est porté à 1,55 milliard d’euros cette année (hors fréquence mais incluant le lancement des nouvelles boxes) contre une précédente prévision de 1,4-1,5 milliard d’euros (hors lancement des boxes).

Le groupe vise un solde « EBITDA moins investissements » supérieur à 1 milliard d’euros en France.

Cette publication « devrait soulever les inquiétudes des investisseurs concernant la soutenabilité de la croissance d’Iliad sur son marché domestique », souligne Goldman Sachs dans une note. « Ces résultats mettent en lumière les pressions concurrentiels sur l’entrée de gamme du marché français, où Bouygues maintient une offre agressive en triple-play et SFR peine à stabiliser le nombre de ses abonnés », ajoute la banque.

D’autres courtiers s’interrogent sur la capacité du groupe à atteindre son objectif de free cash flow de 1 milliard d’euros d’ici 2020.

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

Valeurs citées dans l'article
NomValeurVariation (%)Morningstar Rating
Altice NV A3,02 EUR-2,83
Bouygues40,42 EUR-1,15
Iliad SA144,50 EUR-0,34
Orange SA14,94 EUR-0,37
A propos de l'auteur Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.