Peu de gérants obligataires actifs battent leur benchmark après frais

Le taux de succès des gérants actifs chute de manière dramatique une fois les frais de gestion déduits. Des écarts importants existent entre catégories.

Mara Dobrescu 11.05.2018

Beaucoup de candidats, peu d’élus. L’univers des obligations est vaste. Les investisseurs ont accès à un vaste choix de stratégies, des obligations gouvernementales, au crédit des entreprises (« Investment Grade » ou « High Yield »), aux approches à performance absolue, sans parler des zones géographiques ou encore des titres indexés sur l’inflation ou des stratégies centrées sur la duration (risque de taux).

Morningstar recense 25 catégories et a analysé la performance des fonds sur une période de 3 années glissantes entre janvier 2002 et octobre 2017, en Europe et aux Etats-Unis.

L’analyse montre que pour 13 des 25 catégories, les fonds gérés activement battent l’indice de référence de leur catégorie, avant prise en compte des frais de gestion. Mais une fois que les frais sont pris en compte, le taux de réussite des gérants actifs chute dramatiquement (graphique).

Le taux de réussite prend à la fois la mortalité des fonds et leur capacité à faire mieux que l’indice de leur catégorie.

Ce taux de réussite varie entre 9% et 49%, avec les taux les plus bas dans des catégories telles que le haut rendement ou la dette émergente.

Pour certaines catégories, telles que les obligations gouvernementales ou les gestions obligataires diversifiées, où les rendements sont faibles et la dispersion des performances est limitée, les investisseurs devraient privilégier une approche passive.

Dans d’autres catégories, l’option passive offre parfois de meilleurs résultats que certains gérants actifs, mais ces derniers peuvent encore créer de la valeur – si les frais de gestion sont raisonnables. Par exemple, dans certaines catégories obligataires, le fonds actif médian déçoit, mais les fonds du premier quintile affichent des résultats encourageants, avec des écarts de performance parfois supérieurs à 100 points de base sur une base annualisée et nette des frais de gestion.

Dans des univers où la volatilité et les coûts de transactions sont élevés, tant les fonds actifs que passifs ont du mal à faire mieux que leur indice de référence, pour différentes raisons.

Au sein des fonds à haut rendement, les fonds passifs, qui se focalisent sur les émetteurs les plus gros et les plus liquides, ont loupé une part importante de la performance de l’indice sous-jacent. Les gérants actifs ont été mieux armés pour exploiter les inefficiences de marché et capter les primes d’illiquidité.

Dans l’univers de la dette émergente, la plupart des fonds actifs sont trop chers pour réussir. Même les fonds dans le premier quartile de ces catégories ont sous-performer les ETF comparables après frais, indiquant que l’offre passive est relativement plus attrayante même si elle n’a pas été en mesure d’offrir le même niveau de performance que l’indice.

 

L’intégralité de l’étude et des résultats sont disponibles en suivant ce lien.

 

Cette analyse a été réalisée avec la plate-forme professionnelle Morningstar Direct. Cliquez ici pour en savoir plus.

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

A propos de l'auteur Mara Dobrescu

Mara Dobrescu  est analyste Fonds chez Morningstar France