En visitant ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies. Vous trouverez plus d'informations sur notre politique en cliquant sur le lien suivant..

Le « Moat » selon Warren Buffett

L’oracle d’Omaha a été l’un des premiers à faire référence au rempart concurrentiel pour juger de l’attrait d’un investissement.

Jocelyn Jovène 12.02.2018

Au milieu des années 1980, Warren Buffett n’a pas encore acquis la notoriété qu’il connaît aujourd’hui. Omaha n’est pas encore devenu le « Woodstock du capitalisme ». Mais Buffett a déjà l’habitude d’écrire chaque année une lettre aux actionnaires de Berkshire Hathaway, l’entreprise qu’il dirige.

Dans l’édition de 1986, il évoque la notion de « moat » ou rempart concurrentiel, c’est-à-dire la capacité qu’a une entreprise de faire face à la concurrence et de dégager une rentabilité sensiblement et durablement supérieure au coût du capital. Son analyse concerne GEICO, la filiale d’assurance automobile à bas coût dont il a pris le contrôle (et qui fait toujours partie des actifs historiques du holding).

« La différence entre les coûts de GEICO et ceux de ses concurrents est une sorte de douve (« moat ») qui protège un château très convoité. Personne ne comprend mieux ce concept de douve autour d’un château que Bill Snyder, le président de GEICO. Il n’a eu de cesse d’étendre cette douve en baissant les coûts davantage, lui permettant de défendre et de renforcer la franchise. »

Comme le suggère Buffett, l’avantage-coût est l’une des sources du rempart concurrentiel d’une entreprise. Mais ce n’est pas la seule.

Une entreprise peut défendre ses positions en étant celle qui propose la meilleure valeur pour un prix donné, mais elle peut aussi offrir des produits ou services indispensables à ses clients, tirer parti d’un effet réseau ou d’actifs intangibles (marques, brevets) qui lui permettent de dégager des niveaux de rentabilité plus élevés que ses concurrents et que l’industrie dans laquelle elle opère.

Le portefeuille de Buffett

Au 9 février, les plus grosses positions dans le portefeuille d’investissement déclarées par le groupe affichaient une décote moyenne de valorisation de 11% par rapport à l’estimation de juste valeur de Morningstar.

En dehors des compagnies aériennes (Delta, Southwest, United) et de USG Corp, toutes les sociétés dans lesquelles Berkshire Hathaway est un actionnaire significatif disposent d’un rempart concurrentiel, selon les analystes de Morningstar.

Principales positions détenues par Berkshire Hathaway

 

 

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

Valeurs citées dans l'article
NomValeurVariation (%)Morningstar Rating
American Express Co96,79 USD0,24
Apple Inc172,45 USD-0,31
Berkshire Hathaway Inc A306 000,00 USD0,00
Berkshire Hathaway Inc B203,79 USD-0,05
Charter Communications Inc A365,66 USD0,55-
Coca-Cola Co44,97 USD0,42
Delta Air Lines Inc52,85 USD-0,19
Goldman Sachs Group Inc267,62 USD-0,02
International Business Machines Corp156,18 USD0,11
Moody's Corporation168,21 USD1,00-
Phillips 6691,99 USD-0,09
Sanofi SA64,50 EUR1,57
Southwest Airlines Co58,27 USD0,15
United Continental Holdings Inc66,52 USD-0,33
US Bancorp55,61 USD0,93
USG Corp34,25 USD1,12
Wells Fargo & Co59,97 USD-0,08
A propos de l'auteur Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.