En visitant ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies. Vous trouverez plus d'informations sur notre politique en cliquant sur le lien suivant..

Paris et Berlin rassurent l'Europe

Les résultats des élections en France et en Allemagne et la politique de la BCE continuent de soutenir les marchés boursiers européens. Les fonds de la catégorie ont gagné 2,4% au cours des 30 derniers jours.

Valerio Baselli 27.09.2017

Angela Merkel a remporté les élections allemandes, le bloc de centre-droit CDU / CSU ayant obtenu 33 % des votes dimanche dernier. Les marchés ont plutôt bien accueilli le résultat, malgré la percée du parti d'extrême droite AfD (Alternative pour l’Allemagne) qui a enregistré un score supérieur aux attentes (12,6 % des voix) et le risque que les négociations sur la formation d'une coalition gouvernementale prendront du temps.

La réélection de la Chancellerie et la victoire d'Emmanuel Macron en France avant l’été, créent l’espoir d’une reprise de la collaboration franco-allemande et de l'accélération du processus d'intégration et de réforme de la zone euro.

En parallèle, les perspectives de croissance économique s'améliorent. Dans un rapport sur les perspectives macro-économiques mondiale, l’agence de notation Moody's prévoit pour la zone euro une progression de 2,1% du produit intérieur brut (PIB) cette année, puis de 1,9% en 2018 – chiffres qui se comparent à une croissance de 1,7% en 2016.

« Depuis la crise financière mondiale, les marges bénéficiaires des entreprises européennes ont été à la traîne par rapport à celles des États-Unis, mais actuellement elles progressent », observe Rory Bateman, responsable de la gestion actions Europe chez Schroders, dans une note publiée au lendemain des élections allemandes. « Nous sommes probablement au début d'un processus pluriannuel qui permettra aux marges bénéficiaires européennes de revenir à des niveaux similaires à ceux de leurs homologues américaines. Cela serait conforme à l'expérience des années 2000 et pourrait être un autre moteur de gains boursiers », estime le gérant.

L’indice Morningstar Europe NR continue sa tendance haussière, avec un gain de 2,7% au cours des 30 derniers jours au 26 septembre 2017, ce qui porte la performance depuis le début de l’année à 8,9%.

L’évolution de l’indice Morningstar Europe NR depuis le début de l’année

Données en euros au 26 septembre 2017
Source : Morningstar Direct

Toutefois, il ne faut pas penser être à l’abri de tout risque. « L’accueil favorable réservé par les marchés à l’annonce de la victoire d’Angela Merkel pourrait, selon nous, s’avérer prématuré », estime Nick Clay, Gérant actions internationales de Newton Investment Management. « Les marchés anticipent désormais un retour à la normale sur la scène politique. Le Brexit est dès lors considéré comme un événement isolé, une erreur de parcours. Cependant, nous pensons que cette perception pourrait être erronée, comme nous montre le score meilleur que prévu enregistré par la formation d’extrême-droite AfD. »

« Les populations restent en quête de changement et de rupture, et le statut quo ne fait plus recette. Le Brexit et l’élection au Royaume-Uni incarnent justement cette soif de renouveau. Par conséquent, il serait dangereux, selon nous, d’associer la réélection d’Angela Merkel à la fin de la vague populiste. De la même manière, il serait dangereux de considérer comme sans risque les élections à venir l’année prochaine en Italie et la perspective du référendum sur l’indépendance de la Catalogne. La soif de changement est loin d’être épuisée », a-t-il conclu.

Actions Europe à Grandes Capitalisations : le « Top 10 »

Dans ce contexte, selon les données de Morningstar, les fonds de placement de la catégorie Actions Europe Large Cap disponibles à la vente en France ont gagné en moyenne 2,4% au cours des 30 jours passés (données en euros au 26 septembre 2017). Sur 396 fonds dans cette catégorie, 211 ont surperformé la moyenne et 11 ont été en mesure d’afficher une performance supérieure à 4%.

Dans le « Top 3 » du classement, on trouve le fonds HSBC Special Situations Europe AC, lancé en 2002 et dont le portefeuille est en grande partie exposé au moyennes et petites valeurs. En deuxième position, on trouve le fonds FDC Brexit I, crée en décembre 2016 et qui se propose de tirer parti du Brexit (la sortie du Royaume Uni de l’UE), en proposant une sélection de valeurs industrielles essentiellement centrée sur la Grande-Bretagne et la Suisse, des pays européens où la politique économique et la politique monétaire sont dans les mêmes mains. Enfin, sur la troisième marche du podium, figure le Pioneer Funds - European Equity Value H EUR ND, qui gère aujourd’hui 735 millions d’euros.

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

A propos de l'auteur Valerio Baselli

Valerio Baselli  est éditorialiste de Morningstar en France et Italie.