Les défis des produits « strategic beta »

L’industrie est en bonne santé, mais la concurrence accrue, les pressions sur les prix et les changements dans les préférences des investisseurs sont des facteurs à prendre en compte.

Valerio Baselli 18.09.2017

Les fonds « strategic beta », aussi connus sous le nom de « smart beta », continuent de gagner des parts de marché dans le monde entier.

Selon la dernière étude Global Guide to Strategic Beta Exchange-Traded Products de Morningstar, les encours ont progressé de 28,3% entre juin 2016 et juin 2017, atteignant 707 milliards de dollars. En termes de produits, l'augmentation a été de 18,3%, avec 1.320 fonds à beta stratégique disponibles dans le monde à fin juin.

Les chiffres globaux, cependant, cachent des différences régionales. Les États-Unis sont le marché où les stratégies passives ont atteint le plus haut niveau de maturité avec la composante la plus importante des fonds à beta stratégique (88%). C’est également le marché où, au cours des douze derniers mois, l'augmentation de l'offre a été la plus limitée.

L'Europe détient 8% du marché mondial, mais elle a enregistré la plus forte augmentation de nouveaux produits (+ 40,7%) au cours de l’année écoulée (à fin juin). Les actifs sont estimés à environ 56,7 milliards de dollars. Cliquez ici pour lire un focus sur le marché européen.

Les autres régions représentent une petite partie du marché global et, en général, on peut dire que ces instruments trouvent un terrain fertile surtout dans les pays développés par rapport au monde émergent.

La croissance de la demande des produits à beta stratégique coïncide avec une période favorable pour l'ensemble de l'industrie de la gestion d’actifs. « Récemment, la progression de ces fonds a ralenti », observent les analystes de Morningstar. « La raison est que les ETF qui répliquent des benchmarks traditionnels ont capturé une plus grande tranche de flux de collecte. Cependant, nous nous attendons à ce que la tendance positive se poursuive, grâce à de nouveaux produits et indices, en plus de l'entrée dans le marché d'opérateurs de différents segments, y compris celui de la gestion active », ajoutent-ils.

En ce qui concerne les préférences des investisseurs, les stratégies les plus populaires sont celles qui se concentrent sur les dividendes, qui répondent bien à la recherche de rendement dans un contexte de taux d'intérêt faibles ou négatifs. Au cours de la dernière année, cependant, le secteur a connu aussi une progression de l'offre et la diffusion de produits « multi-facteurs », combinant plusieurs éléments stratégiques, souvent avec une complexité accrue. À fin juin, Morningstar en dénombrait 349 dans le monde pour 57 milliards de dollars d’encours.

Un point critique de ce type d’instruments financiers concerne les frais de gestion. « Nous nous demandons jusqu’à quand les émetteurs pourront justifier des coûts plus élevés pour les ETF stratégiques par rapport aux ETF traditionnels », notent les analystes de Morningstar. « Nous sommes convaincus que l’augmentation de la concurrence représentera une forte pression sur les prix. Quelques sociétés ont déjà revu leurs frais à la baisse, parfois de manière agressive, et le phénomène sera encore plus évident dans les années à venir. »

L’intégralité de l’étude est disponible sur Morningsrtar Direct.

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

A propos de l'auteur

Valerio Baselli

Valerio Baselli  est éditorialiste de Morningstar en France et Italie.

public Confirmation


Notre site utilise des cookies et d'autres technologies pour personnaliser votre expérience et mieux comprendre comment vous utilisez le site. Voir 'Acceptation des cookies' pour plus de détails.

  • Autres sites Morningstar