En visitant ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies. Vous trouverez plus d'informations sur notre politique en cliquant sur le lien suivant..

Les fonds à « béta stratégique » ne font pas toujours leurs preuves

S’ils peuvent offrir certains avantages, ces fonds ne se détachent pas très nettement des ETF simplement pondérés par la capitalisation boursière.

Ben Johnson 20.06.2017

Depuis quelques années, les ETF de type « béta stratégique » essaient d’offrir le meilleur des deux mondes entre gestion passive et gestion active, en proposant d’exploiter certains facteurs de risque autre que la capitalisation boursière pour suivre un indice. L’objectif est de maximiser la performance pour un niveau de risque donné ou au contraire de minimiser le risque.

Mais outre-Atlantique, où ces produits existent depuis plus longtemps qu’en Europe, l’expérience n’est pas totalement concluante.

Ces ETF présentent des avantages certains en termes de frais, d’optimisation fiscale ou de contrôle du risque idiosyncratique (les erreurs humaines dans la gestion d’un fonds actif).

Mais en moyenne cette gamme d’ETF n’apporte pas de clair avantage par rapport aux ETF « traditionnels », construits sur le seul critère de la capitalisation boursière.

Source : Morningstar Direct

« Tout ce que l’on peut dire est que ces fonds apporte un profil de rendement-risque qui diffère de celui du marché », observe Ben Johnson, responsable de la recherche gestion passive de Morningstar dans un article publié dans l’édition de juin 2017 d’ETFInvestor.

L’analyse a porté sur 637 ETF à béta stratégique, représentant 619 milliards de dollars d’actifs sous gestion, sur la base des données de performance sur 1, 3, 5 et 10 ans au 31 mars 2017.

Elle s’est centrée sur le taux de succès, considéré comme une meilleure mesure de la performance (nous renvoyons à l’article original pour de plus amples explications). Les résultats sont mitigés. Les ETF à béta stratégique focalisés sur les grandes capitalisations ont produit de meilleurs résultats que ceux spécialisés sur les petites et moyennes valeurs.

Pour contrôler le niveau de prise de risque, nous avons analysé le ratio de Sharpe de ces fonds sur différentes périodes de temps.

Source : Morningstar Direct

Le tableau suivant montre que l’écart entre les ETF à béta stratégique et les ETF « traditionnels » se réduit sensiblement, ce qui signifie que cet écart est lié principalement au fait que les ETF à béta stratégique prenne en moyenne plus de risque que les ETF traditionnels.

L’analyse par régression multi-factorielle montre en outre qu’une proportion importante des ETF à béta stratégique est plus exposée au facteur « value » que les ETF simplement fondés sur la capitalisation boursière.

Au final, les enseignements de cette étude apportent les résultats suivants:

1. Le taux de succès des ETF à béta stratégique de grandes capitalisations est élevé, mais la cloche de distribution est déformée en raison de la faible taille de l’échantillon.

2. Les résultats des ETF à béta stratégique sont mitigés, avec une surperformance dans seulement 4 des 9 catégories analysées.

3. Les investisseurs ont en général sélectionné les ETF qui ont moins bien performé que leur moyenne de catégorie – la performance pondérée par les actifs des ETF à béta stratégique bat celle des ETF traditionnels dans seulement 2 des 9 catégories.

4. Le taux de survie des ETF à béta stratégique est plus élevé que celui des ETF traditionnels.

5. La performance ajustée du risque semble plus refléter la rémunération du surcroît de risque pris.

6. Dans la plupart des catégories, les ETF à béta stratégique font ressortir un biais de style ainsi qu’une plus grande exposition au biais de taille.

Cliquez ici pour visiter notre site dédié à MiFID II

 

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

A propos de l'auteur

Ben Johnson  Ben Johnson is Morningstar’s Director of European ETF Research.