En visitant ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies. Vous trouverez plus d'informations sur notre politique en cliquant sur le lien suivant..

Valorisation des marchés actions : 146 ans d’histoire

Les cours de Bourse ont parfois tendance à s'écarter des fondamentaux, mais ces derniers sont une force de rappel très importante lorsque l'on investit.

Dan Kemp 26.04.2017

Si les investisseurs doivent retirer une leçon de l’histoire des marchés financiers, c’est que les fondamentaux comptent. Le graphique suivant illustre parfaitement : les prix des actions gravitent toujours autour des fondamentaux.

Evolution des prix et des fondamentaux du S&P 500

Les fondamentaux sont un point de référence incontournable sur longue période. Les prix de marché fluctuent autour de ce référentiel qui reste le principal moteur du marché.

La difficulté pour les allocataires de capital est d’éviter les phases où les prix s’éloignent très au-dessus des fondamentaux, car dans cette situation, le risque de perte en capital augmente.

Plus les prix s’élèvent et s’éloignent des fondamentaux, plus l’investisseur achète une performance future qui devra se matérialiser un jour (sans en avoir la certitude).

Le risque lié au prix est donc plus grand que celui lié aux fondamentaux. Et l’histoire là encore le démontre si l’on considère le risque de perte maximale (« drawdown ») de l’un et de l’autre.

Risque de perte maximale (prix et fondamentaux)

Mise en pratique

Investir en se basant sur les fondamentaux a donc d’importants mérites, encore faut-il bien s’y prendre.

Le premier défi pour cela est de disposer d’une indépendance d’esprit. Il est vital de suivre l’évolution des prix de marché par rapport à ce que disent les fondamentaux, mais ce faisant il y a toujours le risque d’être pénalisé par des biais comportementaux et une vision de court terme.

En outre, l’écart entre le prix et la valeur intrinsèque d’un actif peut parfois durer bien plus longtemps que prévu et cela requiert une grande patience de la part des investisseurs.

Le second défi est qu’il faut bien comprendre les risques qui peuvent impacter les fondamentaux. Il est absurde de croire que les résultats des entreprises évoluent de manière linéaire et croissante. Et il est parfois dangereux de faire des prévisions.

L’idée consiste donc à identifier les risques qui peuvent conduire à un changement profond dans l’estimation de la juste valeur d’un actif et de s’en protéger en prenant en compte une marge de sûreté suffisante.

Qu’est-ce que cela signifie aujourd’hui ?

Trouver une marge de sûreté suffisante dans les marchés actuels est de plus en plus difficile.

Les fondamentaux de nombreux marchés font preuve d’une relative solidité, avec une croissance raisonnable des profits et une bonne tenue des taux de distribution du dividende.

Toutefois, les prix nous semblent pointer vers le meilleur des mondes.

Cet écart entre prix et valeur intrinsèque est ce qui nous inquiète dans l’environnement actuel et nous devons être de plus en plus prudent quant à un risque de perte en capital.

Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas d’opportunités d’investissement. Les marchés émergents demeurent une zone de prédilection, notamment l’Europe. Nous voyons également des sources d’opportunité aux niveaux sectoriels et sous-sectoriels, dans l’énergie ou les télécommunications.

A l’opposé, nous voyons poindre des dangers dans d’autres régions et secteurs. Cela est notamment le cas du marché américain, où les prix sont très éloignés de ce que nous disent les fondamentaux des entreprises. Les rendements du dividende se détériorent, aussi le seul moyen pour les entreprises américaines d’améliorer leurs fondamentaux consiste à augmenter le taux de distribution à un rythme soutenu.

Tout aussi problématique est le poids des Etats-Unis dans les indices mondiaux (environ la moitié) et nous craignons qu’un retournement de l’optimisme actuellement à l’œuvre dans ces marchés n’ait des conséquences globales, y compris pour les gestions passives.

C’est ce qui ressort dans le graphique ci-après qui retrace l’évolution de nos anticipations rendement réels pour les grandes places boursières pour les dix ans à venir.

Prévisions de rendement réel à 10 ans

 

 

©2017 Morningstar. Tous droits réservés. Le nom et le logo de Morningstar sont des marques déposées de Morningstar, Inc. Ce document est une présentation appartenant à Morningstar qui en conserve l’entière propriété intellectuelle ainsi que l’exclusivité des droits de reproduction, de traduction et de présentation. La diffusion de l’information contenue dans ce document et la reproduction même partielle et par quelque procédé que ce soit est interdite sans l'autorisation préalable de Morningstar.

Les informations, données, commentaires, analyses et opinions mises à disposition dans ce document comprennent des informations qui appartiennent à Morningstar et à ses fournisseurs de contenu, sont fournis à titre purement informatif et ne constituent en aucun cas une offre ou une sollicitation à investir dans un quelconque produit. Ces informations n'ont aucune valeur contractuelle et ne peuvent être considérées comme exhaustives ou exemptes d'erreurs accidentelles. 

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. La valeur et les revenus dérivés d’investissements peuvent aussi bien diminuer qu’augmenter.

 

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

A propos de l'auteur Dan Kemp

Dan Kemp  est directeur des investissements de Morningstar Investment Management Europe.