En visitant ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies. Vous trouverez plus d'informations sur notre politique en cliquant sur le lien suivant..

Robotique : une thématique à la mode

Quelques sociétés de gestion ont investi cette thématique porteuse. Mais les investisseurs doivent être conscients des limites intrinsèques des fonds sectoriels.

Jocelyn Jovène 11.04.2017

Robots, intelligence artificielle sont des thématiques très en vogue depuis peu. Plusieurs sociétés de gestion se sont engouffrées dans la brèche pour permettre aux investisseurs de parier sur la croissance de ces technologies d’avenir.

En moins d’un an, les flux cumulés dans des fonds « robotique » ont atteint 1,12 milliard de dollars dans le monde. Ce succès reflète plusieurs tendances de fonds qui expliquent l’intérêt des sociétés de gestion. L’explosion des données en tous genres et de la puissance de calcul des ordinateurs, l’interconnexion croissante des objets (« Internet of objects »), et l’innovation continue en matière d’algorithmes et de recherche scientifique ont permis l’émergence de technologies et de solutions automatiques capables de résoudre un nombre croissant de problèmes que jusqu’ici seuls l’homme pouvait traiter.

Selon certaines estimations, le marché de la robotique et de l’intelligence artificielle pourrait atteindre 153 milliards de dollars en 2020, dont 83 milliards pour les robots et 70 pour les produits à base d’intelligence artificielle. Une aubaine que cherchent à capter un nombre croissant de sociétés cotées en Bourse, et pas uniquement les géants technologiques que sont Alphabet, Facebook ou Softbank.

Ces technologies se diffusent dans un ensemble très divers d’industries (automatisation des chaînes de montage, transport, Internet, aérospatial et défense, services financiers, santé), entraînant parfois d’importantes mutations structurelles et la remise en question du modèle économique de certains secteurs.

Peu de fonds « Robotique » existent à ce jour. On notera le succès Pictet Robotics qui caracole en tête avec près de 3,3 milliards d’euros d’actifs sous gestion, loin devant le fonds de Credit Suisse, CS Global Robotics Equity (220 millions d’euros environ).

Selon les données de Morningstar, les fonds traitant de la thématique « Robotique » ou « Intelligence artificielle » ont un biais sectoriel assez marqué avec une exposition moyenne de 10% au secteur de la santé, près de 26% à celui de l’industrie et, sans surprise 49% à la technologie.

Il faut également souligner que les frais de certains de ces fonds sont souvent élevés, parfois prohibitifs. C’est en particulier le cas de deux fonds, FCM Robotique et Trecento Robotique avec des frais de gestion de respectivement 3,01% et 2,50%. Le fonds Candriam Equities Robotics (non disponible à la vente en France) est également cher avec des frais courants de 2,08%.

Au-delà des frais qui peuvent lourdement peser sur la performance future d’un fonds, quelques garde-fous sont nécessaires lorsque l’on s’intéresse à des fonds sectoriels. L’approche sectorielle consiste à limiter l’univers d’investissement d’un fonds à un ou plusieurs secteurs, sur la base ou non d’une thématique. La difficulté de cette approche est qu’elle limite de facto les effets de diversification que l’on peut trouver en investissant dans des secteurs variés et peu corrélés entre eux.

Nos experts recommandent ainsi de « réserver l’utilisation d’un fonds sectoriel à une toute petite partie d’un portefeuille déjà bien diversifié ».

Les investisseurs doivent donc se montrer très prudents à l’égard des effets de mode et faire très attention aux structures de gestion auxquelles ils souhaitent confier leur argent, ainsi qu’aux frais, à la solidité des process d’investissement, aux ressources allouées à ces stratégies et à la qualité des équipes de gestion.

CORRECTION 

Suite à la publication de cet article, la société de gestion Trecento AM a souhaité apporter les clarifications suivantes: "le taux de frais courants de 4,90% n'est qu'un taux estimé maximum puisque le fonds n'a pas une année d'existence ayant été créé le 29/12/16 et que la réglementation européenne impose aux sociétés de gestion d'afficher des frais prévisionnels globaux dit "frais courants" ne comprenant pas que les frais de gestion.
 
Le fonds Trecento Robotique comporte deux catégories de part, une ouverte aux institutionnels et une ouverte pour le grand public, il ne peut donc pas être présenté seulement comme un fonds retail. Les frais de gestion de la part Institutionnelle sont de 1.5%."


Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

Valeurs citées dans l'article
NomValeurVariation (%)Morningstar Rating
Alphabet Inc C992,00 USD0,23
Facebook Inc A174,52 USD0,45
Fanuc Corp25 080,00 JPY0,42
SoftBank Group Corp9 872,00 JPY-1,11
A propos de l'auteur Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.