En visitant ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies. Vous trouverez plus d'informations sur notre politique en cliquant sur le lien suivant..

ETF obligataires, la course ne fait que commencer

La part de marché des trackers obligataires est passé de 15% à 24% au cours des cinq dernières années en Europe. Les investisseurs apprécient la liquidité et les bas coûts. 

Valerio Baselli 29.03.2017

Au cours des 14 années qui ont suivi le lancement du premier ETF obligataire en Europe, les actifs sous gestion des trackers exposés aux obligations ont atteint 136,5 milliards d’euros à fin mars, soit 24% des encours totaux gérés par les fonds passifs négociés en Bourse, selon les données de Morningstar. Il y a cinq ans, la part de marché était de 15%.

Cette progression illustre l'utilisation croissante que les investisseurs font de ces instruments, autrefois réservés presque exclusivement à l’univers des actions. 2016 a été une belle année pour la classe d'actifs, qui a collecté 20,6 milliards sur l’année.


Données en euro au 28 février 2017
Source : Morningstar Direct

À mesure que la taille et le nombre d'investisseurs augmentent, la liquidité s'améliore et les coûts de transaction diminuent. Cette croissance permet également aux fournisseurs d'ETF de dégager des économies d'échelle et, dans certains cas, d’en restituer une partie aux investisseurs à travers des frais réduits.

Il y a actuellement en Europe 317 ETF obligataires. Le tableau qui suit montre le dix plus gros en termes d’actifs gérés, dont 7 font l’objet d’une note qualitative des analystes Morningstar.

« La croissance explosive des actifs des ETF à revenu fixe est attribuable à un certain nombre de changements structurels dans les marchés financiers », explique Phillip Yoo, analyste sur la gestion passive chez Morningstar. « Plus précisément les investisseurs utilisent de plus en plus les ETF obligataires comme source de liquidités ; en plus les trackers obligataires peuvent remplacer certains contrats dérivés traditionnellement utilisés pour s’exposer au marché des obligations. »

« En outre – continue l’analyste – l'intérêt des investisseurs obligataires pour les ETF s’est accéléré grâce à la liquidité sur le marché des trackers. Les obligations individuelles sont négociées de gré à gré (over the counter) plutôt que sur un marché officiel, comme les ETF, et il est donc plus difficile de trouver une contrepartie, ce qui contribue à limiter la liquidité des obligations individuelles et à faire monter les coûts de transaction. »

Selon une étude réalisée par iShares intitulée Transforming the Bond Markets with Fixed Income ETFs, les actifs globaux des ETF obligataires atteindront 2000 milliards de dollars d’ici l’année 2022, dont 1,4 milliard aux États-Unis. Les raisons principales, selon iShares, seront les changements démographiques (le vieillissement de la population augmente la demande pour des actifs plus défensifs), l'évolution des marchés obligataires mondiaux et l'augmentation de l’utilisation des ETF.

Selon une analyse de Morningstar, A Guided Tour of the European ETF Marketplace, en supposant que les tendances récentes se poursuivent, l’industrie en Europe pourrait bien atteindre, voire dépasser 1 billion d’euros (1.000 milliards) d’ici 2020. Parmi les moteurs de croissance figurent notamment les ETF obligataires. Jusqu’ici, le marché était presqu’exclusivement animé par les lancements de produits actions. La profondeur et l’étendue de la gamme d’ETF s’est enrichie ces dernières années, et touche des classes d’actifs différentes, notamment les obligations.

D’un côté, les investisseurs sont à la recherche de la sécurité dans des titres tels que les Bunds allemands, qui offrent des rendements réels négatifs, et de l’autre ils sont à la chasse de rendement dans les obligations « high yield ».

À l'échelle mondiale, selon les statistiques de Morningstar, les ETF obligataires les plus populaires sont ceux dédiés au titres américains (65,8 milliards de dollars collectés dans la dernière année, à fin février 2017), alors que les obligations en euros ont été pratiquement ignorées dans la même période (14 millions de dollars de collecte nette).

En Europe, au cours de la dernière année, la catégorie des ETF obligataires qui a le plus collecté est celle des obligations émergentes (7,1 milliards d’euros à fin février), suivie par les obligations à haut rendement (3,8 milliards) et les obligations en dollars (3,7 milliards).

 

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

A propos de l'auteur Valerio Baselli

Valerio Baselli  est éditorialiste de Morningstar en France et Italie.