En visitant ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies. Vous trouverez plus d'informations sur notre politique en cliquant sur le lien suivant..

Fonds : l’écart entre frais et performance se creuse

La plupart des gérants actifs aux Etats-Unis ont promis plus qu’ils l’ont pu délivrer, mais leurs frais n’ont pas été ajustés à la baisse.

Jeffrey Ptak 28.02.2017

Cet article a été publié sur www.morningstar.com le 28 février. Il a été édité.

Résumé de l’étude

Le rendement excédentaire avant frais pour la plupart des fonds ouverts aux Etats-Unis n’ont cessé de reculer ces dernières années et sont bien en-deçà de la normale des dernières décennies.

Les frais n’ont pas diminué aussi rapidement que la baisse des rendements, si bien que les deux tiers des fonds actions aux Etats-Unis facturent aujourd’hui tellement qu’ils annihilent tous les rendements avant frais. Ces fonds détiennent environ 2.000 milliards de dollars d’actifs sous gestion.

Sur les fonds qui facturent moins que le rendement excédentaire prévisible avant frais, nombreux sont ceux qui disposent d’une marge d’erreur.

La surfacturation des frais de gestion est un problème endémique parmi les fonds de grandes capitalisations et bien moins problématique parmi les gérants de petites valeurs.

Les sociétés de gestion vont devoir réduire leurs coûts ou cesser de distribuer des fonds trop chers au regard de la performance qu’ils délivrent aux investisseurs.

Vue d’ensemble

Les investisseurs qui souhaitent savoir si un fonds géré activement vaut la peine d’être regardé doivent considérer deux points de donnée importants :

  1. Le coût annuel du fonds ;
  2. Le potentiel de rendement avant frais au regard de l’indice de référence considéré.

Plus l’écart entre les deux points de données est important, plus le fonds doit être considéré avec intérêt.

Nous disposons de la première donnée. Pour estimer la seconde, nous avons annualisé le rendement excédentaire avant frais de tous les fonds ouverts dans notre base de données entre octobre 2006 et octobre 2016. Le rendement excédentaire est calculé comme la différence entre le rendement brut annualisé d’un fonds et la performance de son indice de référence attribué à la catégorie Morningstar dont il fait partie.

A partir de cet univers, nous avons calculé les moyennes de catégories et bâti un historique de données pour ces catégories. Cet historique nous permet d’évaluer le rendement excédentaire avant frais actuel, en tendance historique et en fourchette. Pour les fonds de grandes capitalisations américaines, les résultats sont les suivants :

Source : Morningstar

Enseignements

En moyenne, le rendement excédentaire des indices a reculé au fil des années et se situe sous sa moyenne historique.

Une grande majorité des fonds pratique des frais de gestion qui éliminent tout ou partie des rendements excédentaires servis aux investisseurs. C’est le cas de 4.635 fonds sur 6.708 gérants actions actifs. Il ne s’agit pas d’un problème marginal, puisque ces fonds gèrent près de 2.000 milliards de dollars, comme le montre le graphique suivant.

Source : Morningstar

Dans le cas des fonds dont le rendement excédentaire dépasse le niveau des frais, l’écart n’est souvent pas très important, ce qui signifie que les gérants en question n’ont pas beaucoup de marge d’erreur dans leur gestion.

Source : Morningstar

Comme le montre le tableau précédent, l’écart est de l’ordre de 30 points de base. Toutefois, ce problème concerne surtout les spécialistes des grandes capitalisations. Les gérants de petites et moyennes valeurs sont moins concernés par le problème.

Que se passerait-il si l’on excluait des frais les dépenses de marketing et de distribution (les frais dits « 12b-1 ») ? Cela rendrait la plupart des fonds bien moins chers, offrant à ces gérants une meilleure opportunité de délivrer un rendement excédentaire après frais.

Conclusion

De nombreux gérants actifs sont trop chers pour réussir. C’est notamment le cas des gérants de grandes capitalisations boursières aux Etats-Unis. En dehors des fonds de petites valeurs, il existe donc un potentiel significatif de réduction des coûts pour les investisseurs.

Pour réussir, les fonds qui sont trop chers devraient réduire leurs coûts et abaisser le niveau de leurs frais de gestion. Ce serait le seul moyen de parvenir à surperformer durablement sur longue période. Deux solutions sont donc possibles pour les promoteurs de ces fonds trop chers : baisser les frais ou ne plus les distribuer.

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

A propos de l'auteur Jeffrey Ptak

Jeffrey Ptak  est directeur mondial de la recherche sur les fonds de Morningstar.