En visitant ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies. Vous trouverez plus d'informations sur notre politique en cliquant sur le lien suivant..

5 questions à se poser avant d’investir dans un fonds passif

Les frais, bien sûr, sont importants, mais d’autres différences sont à repérer.

Adam Zoll 23.11.2016

Certains investisseurs peuvent avoir l’impression que les fonds passifs et ETF qui suivent un indice en particulier sont interchangeables. Si les différences entre ETF ne sautent pas aux yeux comme elles peuvent le faire pour des fonds actifs (voir notre article sur la question), les investisseurs doivent comprendre que certains fonds passifs sont meilleurs que d’autres.

Que votre portefeuille soit composé uniquement de fonds passifs ou pas, voici quelques questions qui devraient guider votre choix.

Y a-t-il une option moins chère ?

L’une des principales raisons d’utiliser un fonds passif est le coût. Les ETF sont en effet l’une des options les moins chères pour s’exposer à la performance d’une classe d’actifs. L’écart de frais courants est en effet très significatif entre fonds actifs et passifs. Lorsque l’on sait le rôle que jouent les frais dans la performance d’un fonds, adopter une option passive est parfois bien moins compliqué que de chercher un fonds géré activement pour s’exposer à une classe d’actifs.

Comment faire la différence : comparer les frais courants reste le meilleur moyen de faire la différence entre deux ETF.

Fonds ou ETF ?

Les ETF sont devenus un support d’investissement très prisé des investisseurs. Leur avantage réside avant tout dans leurs frais de gestion et dans le fait qu’il est possible de les échanger de manière relativement aisée (pendant que les marchés sont ouverts).

Mais détenir un fonds indiciel peut aussi avoir son intérêt, en particulier pour les investisseurs qui investissent régulièrement plutôt qu’en une seule fois.

Comment faire la différence : Les ETF sont généralement clairement labellisés de la sorte.

Quel indice suivre ?

Les fonds indiciels et autres ETF ne suivent pas toujours le même indice. Certains peuvent effectivement répliquer la performance d’un même indice boursier. Mais d’autres peuvent se focaliser sur un ensemble plus ou moins large, ce qui peut conduire à exclure ou inclure certains compartiments de la cote. C’est notamment le cas des fonds reproduisant un indice qui inclut des petites ou moyennes valeurs. De même, tous les indices ne sont pas construits de la même façon.

Comment faire la différence : Le prospectus est une source d’information importante pour savoir quel indice est suivi. L’analyse du fonds par nos analystes peut également être une source d’information utile. Regarder le portefeuille du fonds permet de se faire une idée de l’allocation sectorielle et de l’exposition géographique du fonds.

Le fonds fait-il bien le travail ?

Le travail d’un fonds indiciel est assez évident : répliquer la performance d’un indice. Pourtant, certains fonds ou ETF font mieux le travail que d’autres. La « tracking error » fait référence aux écarts dans la performance d’un fonds par rapport à son indice de référence. Puisque gérer un fonds indiciel coûte de l’argent, on peut déceler un certain niveau de « tracking error ». Mais certains fonds sont attentifs à limiter ce coût – par exemple en réalisant des opérations de prêts de titres qui rapportent de l’argent et contrebalancent ces coûts de transaction. D’autres font réduisent leur « tracking error » en limitant l’utilisation de techniques d’échantillonnage, utilisées pour approximer la performance de titres peu liquides.

Comment faire la différence : Regardez la performance du fonds par rapport à celle de l’indice et aux concurrents. Si la performance de votre fonds tend à s’écarter de manière importante de la concurrence, cela signifie que la gestion de la « tracking error » est un problème. Les rapports de recherche des analystes font généralement attention à ce type d’erreur et les mettent en exergue.

Quel rôle le fonds joue-t-il dans le portefeuille ?

Tout comme pour un fonds géré activement, un fonds géré passivement doit jouer un rôle spécifique dans votre portefeuille. L’avantage d’un fonds passif par rapport à un fonds actif est que le premier réplique une performance et ne devrait pas être source de grande surprise.

Détenir un indice ne veut toutefois pas dire que vous êtes bien diversifié. Si votre portefeuille fait la part belle aux fonds « value », vous négligez les valeurs de croissance et pouvait sous-performer durablement les indices boursiers. Il en va de même si vous privilégiez des indices qui vous exposent à la performance des petites ou moyennes valeurs plutôt qu’à un indice élargi et bien diversifié.

Comment faire la différence : La constitution du portefeuille du fonds est une bonne source d’information sur le type d’actif sous-jacent auquel vous êtes exposé. Au niveau d’une allocation d’actifs, le coefficient de corrélation entre les classes d’actifs est également un élément important à considérer. Il faut avoir conscience que la corrélation, élément central de la diversification du risque, n’est pas stable dans le temps. Il est donc important de suivre son évolution – ce que nous faisons sur ce side.

 

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

A propos de l'auteur

Adam Zoll  Adam Zoll is an assistant site editor with Morningstar.com