FCPI/FIP : la collecte redémarre doucement

Après des années de performances décevantes, la collecte des FCPI/FIP semble repartir de l’avant.

Morningstar 18.04.2014

Selon la dernière enquête de l'Association Française des Investisseurs pour la Croissance sur la levée de capitaux par les FCPI et les FIP créés en 2013 et publiée le 4 mars 2014*, les montants collectés ont légèrement rebondi après 5 années consécutives de baisse, sans retrouver toutefois le niveau de collecte de l’année 2011, ni celui des années antérieures.

61 fonds ont été créés en 2013 par 34 sociétés de gestion. Les montants levés atteignent 683 millions d’euros, soit une hausse de 9% par rapport à 2012. On est donc loin des montants levés par le passé (1,1 milliard d’euros par exemple en 2008).

Les montants levés restent faibles, tout comme le nombre de fonds lancés (61 contre une centaine en moyenne les années précédentes) illustrant le manque d’affection des épargnants français pour ce genre de produit de diversification et surtout de défiscalisation.

La raison de cette baisse de la collecte n’est pas une diminution des enveloppes par souscripteur (de 7.600 euros en moyenne et stable sur les 6 derniers millésimes) mais plutôt simplement de la baisse du nombre de français ayant décidé d’investir dans ces produits. En effet, le nombre de particuliers souscripteurs en 2013 est de 89.700, en légère hausse mais près de deux fois inférieur aux millésimes des années 2007/2008 (145.000 souscripteurs).

Les raisons de cette frilosité des épargnants est à chercher du côté des performances historiques parfois décevantes dues notamment à des niveaux de frais excessifs. Cette baisse des volumes levés par les professionnels est également due à la pression fiscale qui est venue raboter certaines niches fiscales dont les FCPI/FIP. Par exemple, on peut noter la réintégration des FIP et des FCPI dans l’enveloppe globale des réductions d’impôt de 10.000 euros.

Autre exemple du moindre intérêt sur le plan fiscal : le souscripteur d’un FCPI ou d’un FIP ne peut plus déduire que 18 % de son investissement de son impôt sur le revenu réglé l'année suivante, dans la limite de 4.320 €.

Attention toutefois, comme le rappelle l’Autorité des marchés financiers, «  l’octroi des avantages fiscaux dépend notamment du respect, par le FCPI / FIP, de certaines règles d’investissement, de la durée pendant laquelle vous les détiendrez et de votre situation individuelle. Cet avantage fiscal est conditionné à la détention des parts pendant une durée de 5 ans. Toutefois, il est important d’avoir à l’esprit qu’il est impossible d’obtenir le rachat de ses parts de FCPI / FIP pendant la durée de vie du fonds même au-delà du délai « fiscal » de 5 ans. »

(*)Enquête conduite communément par les services d’études respectifs de l’AFG et de l’AFIC entre le 24 janvier 2014 et le 21 février 2014. Comme en 2012, 34 sociétés de gestion ayant levé des capitaux en 2013 ont répondu de façon exhaustive à l’enquête.

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

A propos de l'auteur

Morningstar