En visitant ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies. Vous trouverez plus d'informations sur notre politique en cliquant sur le lien suivant..

Qu’est-ce qu’un benchmark ? Un « moat » ? Le beta ?

Le jargon financier vous donne des boutons ? Voici un petit lexique qui a vocation à vous aider.

Jocelyn Jovène 09.04.2014

Nota : les mots en italique font l’objet d’une définition disponible dans ce glossaire.

Actif/Classe d’actifs

Un actif est un instrument financier (titre, contrat), le plus souvent transmissible et négociable, qui doit générer un revenu et/ou un gain en capital pour son détenteur, en contrepartie d’un certain degré de risque qui lui est attaché.

Une classe d’actifs regroupe des actifs ayant des caractéristiques similaires : actions, obligations, liquidités (ou « cash »). Le terme peut aussi s’appliquer à des actifs physiques (matières premières, immobilier) ou des titres adossés à des actifs (on parle alors de produits « titrisés »).

Alpha

L’alpha d’un fonds ou alpha de Jensen (du nom de son créateur Michael Jensen) est une mesure qui détermine le rendement dit anormal ou excédentaire de ce fonds par rapport au rendement attendu d’un actif ou d’un marché. Un gérant ou une stratégie qui « crée de l’alpha » offre en principe un rendement supérieur à celui du marché auquel il se compare.

Avantage concurrentiel (« Moat »)

L’ « economic moat » est un terme inventé par Warren Buffett et utilisé par Morningstar pour évaluer la solidité d’une entreprise et sa capacité à maintenir durablement son avantage concurrentiel et une rentabilité élevée du capital. Le « moat » peut avoir cinq attributs : avantage sur les coûts, efficacité opérationnelle, actifs intangibles, un effet de réseau ou le coût d’opportunité (la difficulté qu’a un client de changer de fournisseur pour un produit ou service).

Beta

Le beta est une mesure de la volatilité d’un titre par rapport à celle d’un indice ou d’un marché. Il est considéré comme un indicateur de risque et comme un élément important dans diversification d’un portefeuille. Un titre a beta élevé (supérieur à 1) verra son cours de Bourse fluctuer plus fortement que le reste du marché. Il aura donc tendance à accroître le risque du portefeuille, mais aussi la perspective de rentabilité. Il faut néanmoins savoir que ce beta n’est pas une mesure figée dans le temps.

Benchmark

Tout simplement un indicateur qui sert de point de comparaison ou de référence pour évaluer la performance d’un fonds ou d’une classe d’actifs. Par exemple, l’indice CAC 40, qui regroupe les 40 sociétés considérées comme les plus importantes et les plus liquides de la Bourse de Paris, ou l’indice Stoxx Europe 600, sont souvent utilisés comme l’indicateur face auquel un gérant va comparer la qualité de sa gestion. Certains gérants combinent plusieurs benchmarks en un seul souvent dans le cas de gestions diversifiées (combinant des actions et des obligations). A noter que dans l’univers des actions, il faut être vigilant à ce que le benchmark utilisé inclue les dividendes (on parle d’indice dividende réinvestis ou de « total return »).

Cyclique

L’action d’une société dont la performance tend à s’apprécier ou se déprécier en fonction de l’état de l’économie est généralement considérée comme « cyclique ». Une économie passe par des états d’expansion, de crise et de récession, ce qui a un impact sur les ventes des entreprises ainsi que sur l’évolution de leurs profits, et donc sur leur performance boursière. L’automobile, les matériaux de construction, la consommation « discrétionnaire » (luxe), l’industrie et les services aux entreprises, la technologie sont des secteurs cycliques.

Défensif

Une société est « défensive » si elle est moins sensible aux évolutions de l’économie, car ses produits et/ou services sont toujours achetés quel que soit l’état du cycle. On trouve souvent les biens de consommation de base (« consumer staples »), la santé voire les services collectifs (« utilities »).

Fondamentaux

Dans l’univers financier, les « fondamentaux » d’une société, d’un titre ou d’une économie font référence aux indicateurs économiques et financiers qui permettent d’appréhender la qualité d’une société et d’en déterminer la valeur intrinsèque.

Performance

La performance d’un fonds ou d’un titre financier est déterminée par la variation de sa valeur (appréciation du capital) et par le rendement ou coupon qu’il (elle) verse. Sur cette notion, une fiche pédagogique est à votre disposition.

Rachat avec effet de levier (« Leveraged Buy-Out »)

Un LBO est une opération par laquelle une société financière s’endette pour racheter une entreprise (cotée ou non). La cible rachetée rembourse la dette ainsi levée, avant d’être revendue à une valeur qui doit s’apprécier dans le temps. Le succès de cette opération dépend de la qualité de la cible rachetée (cylique ou défensive) et surtout du niveau d’endettement qu’elle doit supporter.

Ratios

Les ratios boursiers sont utilisés pour évaluer la cherté d’un titre ou d’un actif par rapport à ses fondamtenaux. Deux fiches explicatives sont disponibles sur notre site, la première sur la définition et le calcul des ratios, la seconde sur leur bon usage.

Rendement

Le rendement correspond à la rémunération – dividende ou coupon – qu’offre un titre financier à son détenteur. Dans le cas d’une action, le dividende n’est pas garanti – il dépend des résultats générés par l’entreprise et relève d’une décision du conseil d’administration. Dans le cas d’une obligation, le coupon est un engagement contractuel de l’émetteur, mais il dépend lui aussi de la situation financière de ce dernier.

Rentabilité/ROCE/ROIC/ROE

La rentabilité d’une entreprise est le rapport entre le résultat qu’elle dégage et le montant des actifs qu’elle a engagés pour obtenir ce résultat. L’une des mesures les plus utilisées en Bourse est la rentabilité des fonds propres ou « Return on Equity », qui rapporte le résultat net d’un exercice aux fonds propres du même exercice (ou à la moyenne de l’exercice clos et de l’exercice précédent).

Risque

Le risque est la chose la plus importante que tout investisseur doit considérer avant d’investir. En finance, le risque est souvent assimilé à la volatilité du prix d’un actif. Certains investisseurs, comme Warren Buffett ou Howard Marks, considèrent le risque comme la possibilité d’une perte durable du capital investi.

Sous-pondérer/Surpondérer

La sous-/surpondération d’un titre/actif dans une allocation correspond au poids relatif de ce titre/cet actif par rapport à une allocation type ou par rapport à un benchmark. Une allocation type peut être un portefeuille modèle comportant un pourcentage déterminé d’actions, d’obligation, de cash ou d’autres actifs. Par exemple, un fonds qui surpondère les utilities aura une exposition à ce secteur plus importante que celle que l’on retrouve dans son indice de référence.

Valeur intrinsèque

La valeur intrinsèque d’un titre ou d’une société est le point de référence qui doit permettre à l’investisseur d’acheter/vendre ce titre ou cette société. Elle est déterminée à partir des fondamentaux, par l’actualisation d’un flux de revenus que ce titre ou cette société va générer dans le futur. C’est une mesure imprécise, mais qui peut néanmoins servir de guide à l’investisseur.

Volatilité

La volatilité est une mesure de l’ampleur de la fluctuation du prix d’un titre ou d’un actif financier. Elle est considérée comme centrale dans l’évaluation du risque de cet actif.

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

A propos de l'auteur Jocelyn Jovène

Jocelyn Jovène  est le rédacteur en chef de Morningstar France.