A quoi devrait ressembler votre allocation d’actifs ?

Vos perspectives d’emploi et vos besoins financiers sont des facteurs importants à prendre en compte, conduisant à des allocations bien différentes d’un individu à un autre.

Christine Benz 06.01.2014

Les investisseurs qui restent perplexes quant à la manière d’allouer leur capital entre actions, obligations et liquidités, peuvent s’appuyer sur quelques règles de base assez simples.

Mais il n’existe pas d’allocation-type prédéfinie ou d’outils permettant d’intégrer l’ensemble des paramètres qui influeront cette allocation au niveau individuel. Une personne âgée de 62 ans avec un portefeuille peu étoffé et une santé fragile qui souhaite partir à la retraite dans un an devra investir de manière totalement différente qu’un entrepreneur qui a réussi et qui souhaiterait lui aussi partir à la retraite dans un an.

Pour personnaliser son allocation d’actifs, avoir recours à un conseiller financier indépendant peut s’avérer très utile. Si vous essayez de prendre des décisions de votre propre chef, voici différentes situations qui appellent une allocation d’actifs bien différente les unes des autres.

Stabilité de l’emploi

La recherche menée par Ibbotson Associates, une filiale de Morningstar, montre l’importance du capital humain – votre potentiel de génération de revenu – dans les décisions prises en matière d’allocation d’actifs. Plus vous vieillissez et que vous approchez de l’âge de la retraite, plus vous aurez besoin de préparer le moment où vous subirez une chute de vos revenus. La part en obligations et en liquidités de votre portefeuille devra augmenter pour disposer d’un complément de revenu bien utile.

Ce concept est valable du point de vue de la stabilité de l’emploi. Si votre situation est très sécurisée, vous pouvez vous permettre de prendre plus de risque que si votre carrière professionnelle est marquée par une volatilité de vos revenus.

Les personnes à profil plus risqué (commerciaux, entrepreneurs) peuvent être confrontées à une imprévisibilité de leurs revenus d’un mois sur l’autre. Une telle volatilité milite en faveur d’une allocation comportant un fonds d’urgence plus important (représentant 3 à 6 mois des dépenses courantes de la famille), ainsi qu’une allocation d’actifs plus prudente sur le long terme dans l’éventualité où le fonds d’urgence viendrait à s’épuiser.

Approche multi-tâches

L’utilisation de votre portefeuille devrait modeler votre allocation d’actifs. Le portefeuille que vous constituez en prévision de la retraite est sacro-saint et ne sera pas touché (ce qu’il faut espérer !). Dans ce cas,

D’un autre côté, s’il est possible que vous deviez ponctionner votre portefeuille pour financer d’autres objectifs pendant que vous êtes encore en activité, vous devriez sans doute allouer différemment vos actifs. Une portion de votre portefeuille devrait prendre en compte une telle éventualité, et cette portion du portefeuille devrait être faire l’objet d’une allocation plus prudente pour éviter de perdre une partie du capital au moment du retrait.

Exposition au risque actions

Un autre scénario qui pourrait conduire à dévier sensiblement de l’allocation que l’on s’est fixée selon son âge proviendrait du fait de détenir des titres plus risqués que pour une classe d’actifs type – par exemple, si une part importante de votre poche actions est investie dans les titres de votre entreprise. Cela n’est pas idéal, et un tel cas vous conduira sans doute à réduire la taille de votre poche actions.

Autres sources de revenus

L’existence de sources de revenus (pension de retraite) aura un impact sur l’allocation d’actifs le moment de la retraite venu. De manière générale, plus la part de ces autres revenus est importante, plus la poche actions gagnera en importance car le portefeuille global sera consommé moins rapidement. Dans le cas opposé, la part d’investissements plus sûrs sera plus importante.

Durée de la retraite

La durée prévue de votre retraite joue un rôle important dans votre allocation, en particulier si vous pensez que cette dernière sera longue ou courte. Un retraité de 60 ans avec une espérance de vie moyenne aura des besoins plus importants à l’égard de son portefeuille qu’un retraité de 80 as avec la même espérance de vie. Cela doit inciter le premier à détenir un portefeuille d’investissement plus important, mais aussi à avoir une allocation d’actifs plus agressive que le second.

Volonté de laisser un capital

Souhaitez-vous léguer un capital à vos enfants ou petits-enfants ou préférez-vous profiter du fruit de votre labeur jusqu’au bout ?  Dans le premier cas, vous opterez pour une plus grosse allocation aux actions que ce ne serait autrement le cas. 

 

Cet article a été publié en septembre 2012 sur le site Morningstar.co.uk.

Pensez-vous être un génie de l’investissement? Cliquez ici et prouvez le avec Morningstar Investing Mastermind Quiz

A propos de l'auteur

Christine Benz  Christine Benz is Morningstar's director of personal finance and author of 30-Minute Money Solutions: A Step-by-Step Guide to Managing Your Finances and the Morningstar Guide to Mutual Funds: 5-Star Strategies for Success. Follow Christine on Twitter: @christine_benz and on Facebook.